En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

cine-fils

Ses blogs

Le blog de cine-fils

Le blog de cine-fils

Critiques des films en salle pour répondre à cette question:que peut (encore) le cinéma ?
cine-fils cine-fils
Articles : 448
Depuis : 07/09/2011
Categorie : Films, TV & Vidéos

Articles à découvrir

Les fantômes d'Ismael

Les fantômes d'Ismael

Après la réussite de Trois souvenirs de ma jeunesse, construit sur trois épisodes distincts, Desplechin revient avec un film qui mélange plusieurs histoires simultanées. Le résultat: des esquisses, des croquis brillants mais un ensemble confus qui multiplie les fausses pistes. La qualité de la mise en scène et de l'interprétation reste sup
Le jour d'après

Le jour d'après

Le jour d'après est un film minimal en noir et blanc sur l'adultère avec 4 personnages, un homme et trois femmes, très peu de décors et essentiellement des plans longs, frontaux et peu découpés. Un film assez bavard dont le découpage brouille-un peu- la chronologie. Un film où l'on boit et philosophe de façon longuette. Reste la beauté de
Silence

Silence

Silence est un film très ambitieux, un film d'aventures et un film d'interrogation spirituelle comme on n'en voit plus.En montrant le martyre de prêtres qui cherchent à convertir des japonais au catholicisme au XVII ème siècle, Scorsese pose des questions qui restent sans réponse véritable. Il décrit avec les moyens du cinéma des personnag
The Lost city of Z

The Lost city of Z

Depuis au moins The Immigrant, James Gray avec Darius Khondji ont inventé une nouvelle façon de photographier le ciel. Un ciel dense, plombé, laiteux et gras jamais vu ailleurs. Un ciel qui pèse comme un couvercle, maléfique. Un ciel qui écrase les pauvres humains qui s'agitent pour la Gloire, la Science ou leurs intérêts grossiers. De là,
L'amant double

L'amant double

François Ozon poursuit son cinéma sur les échanges d'identité.Identité sexuelle dans Une nouvelle amie, nationale dans Frantz, fraternelle dans L'amant double. Il le fait avec beaucoup de virtuosité dans la mise en scène et la direction d'acteurs mais dans son dernier opus, il n'échappe pas à une scénario raide et théorique plutôt épro
Visages, villages

Visages, villages

Agnès Varda qui avait filmé des peintures sur des immeubles californiens dans les années 80 dans Murs Murs et JR qui colle des photos géantes sur des structures publiques devaient se rencontrer. Ils cheminent ensemble et photographient et filment des gens dans des villages ou des usines et leur donnent dignité et singularité. C'est le côté
Song to song

Song to song

Malick et son chef opérateur Lubezki depuis Tree of live essaient d'inventer une nouvelle façon de faire du cinéma.Le film est un montage de scènes filmées au steadycam avec une voix off qui donne une continuité au film. Il s'agit d'un ballet filmé avec une impression de flux inextinguible. Le spectateur est le témoin d'une multitude de pet
Citoyen d'honneur

Citoyen d'honneur

Il y a un nouveau cinéma argentin, un cinéma réaliste, drole et cruel qui décrit un monde où l'individu est en butte avec des tracas quotidiens qui deviennent vite kafkaiens. Le principe de ce cinéma très bien écrit consiste de placer un personnage ordinaire dans un monde hostile qui devient deplus en plus monstrueux jusqu'à l'absurde. Le
Après la tempête

Après la tempête

Après la tempête permet à Kore-Eda de continuer son exploration sensible de la famille japonaise. Il montre avec sensibilité l'affrontement feutré entre les générations. Son thème principal est l'impossibilité pour l'individu à tenir son rôle exigé par la famille et la société. Le personnage central est un écrivain sans succès, joue
Monsieur et Madame Adelman

Monsieur et Madame Adelman

Monsieur et Madame Edelman est une réussite rare. Enfin une comédie sentimentale intelligente, vive, amère très bien réalisée. C'es l'histoire d'un couple sur quarante ans qui évolue au fil du temps avec des hauts et des bas sans mièvrerie. La réussite des maquillages - rare au cinéma- est étonnante. Doria Tillier a un tempérament écla