Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Nicole Fack

Nicole Fack

Joignez moi plutôt sur copains d'avant. Face book me gave!

Ses blogs

nicolavignon.over-blog.com

nicolavignon.over-blog.com

Des écrits poétiques et littéraires agrémentés de photos ou de tableaux et aquarelles... le monde sensible transfiguré par les mots et les couleurs.
Nicole Fack Nicole Fack
Articles : 742
Depuis : 30/03/2013

Articles à découvrir

PETITE CHRONIQUE : MON FESTIVAL

PETITE CHRONIQUE : MON FESTIVAL

Allez, on se lance ! Malgré la canicule, c'est toujours le bonheur de commencer le festival. Et d'en tenir ici la chronique forcément lacunaire et terriblement subjective. D'abord, dans une toute petite salle de La Condition des Soies, vu une performance formidable de Martine Fontaine, comédienne généreuse qui a plusieurs cordes à son arc : 5
MON FESTIVAL

MON FESTIVAL

ARCHITECTURE Cour d'honneur et mistral... Pascal Rambert convie ses frères humains à une réflexion sur les dangers qui les guettent. Une famille viennoise entre 1908 et 1938, date de l'Anschluss, se déchire parce qu'elle ne réussit pas à faire face aux périls qui menacent l'Europe. Incapable de s'opposer vraiment aux nationalismes délirants
MON FESTIVAL

MON FESTIVAL

Collections curieuses et choses inquiètes. A la Maison Jean Vilar, on peut voir en ce moment une installation réalisée par Macha Makeïeff, artiste discrète et sensible qui présentera bientôt sa pièce LEWIS VERSUS ALICE Et c'est bien de cela qu'il s'agit : de l'univers enchanté mais parfois inquiétant, du monde qui entoure l'enfant et ne s
MON FESTIVAL

MON FESTIVAL

Hier à la FabricA, Pelléas et Mélisande J'adore la langue de Maeterlinck, ses éclipses, ses béances, son mystère. J'attendais donc beaucoup de ce spectacle et beaucoup de spectateurs l'ont aimé. La scénographie consiste en une sorte de coupe d'une maison à l'aspect hi-tech, qui est censée être le château. Bon. Pourquoi pas ? Cependant,
CHERE LANGUE FRANÇAISE !

CHERE LANGUE FRANÇAISE !

RENSEIGNER LES NOTES ... La langue que parlent les gens cultivés d'aujourd'hui m'étonne de plus en plus. J'ai entendu hier une journaliste qui disait avec le plus grand sérieux que "les professeurs en colère refusaient de renseigner les notes d'examen" Avouez que c'est bien joli. Voilà des notes qui se promènent dans une ville, sur un trottoi
MON FESTIVAL

MON FESTIVAL

Lecture publique du texte d'Hélène Frappat : "Marie Shelley, une fiction" Ce texte inédit est d'une très grande beauté. Il évoque la naissance, la vie, les amours et les douleurs de la géniale "mère" de Frankenstein. La comédienne Anne-Lise Heimburger, accompagnée à la guitare par Olivier Mellano, lit avec beaucoup de sensibilité cette
Villa Datris

Villa Datris

Bêtes de scène !... quand les sculpteurs "écrivent" des fables. La Villa Datris est un lieu magique sis à l'Isle-sur-la-Sorgue. On y voit régulièrement des expositions de sculptures contemporaines, toutes plus inventives les unes que les autres. Cette fois, il s'agit des animaux, fabriqués avec des matériaux divers voire inattendus, porteur
MON FESTIVAL

MON FESTIVAL

Une danse très maîtrisée et néanmoins lyrique. Hier à Vedène, j'ai vu Oskara, une pièce dansée par la compagnie Kuai Dantza, dont la devise est : Si vous voulez savoir qui vous êtes, dansez !. Joli programme. L'originalité de ce travail, c'est qu'il s'appuie sur la danse traditionnelle basque et l'applique à la danse contemporaine. Ici,
MON FESTIVAL

MON FESTIVAL

Des gens qui dansent. Naïf Production. J'avais découvert ce spectacle pendant les Hivernales, en février dernier. Il est tellement original et virtuose dans la modestie, que je n'ai pas résisté au plaisir de le faire découvrir à une amie. Ces cinq garçons, très différents les uns des autres, possèdent une maîtrise remarquable de leurs c
MON FESTIVAL

MON FESTIVAL

Les papous ont disparu, mais l'esprit n'est pas mort ! La disparition subite de l'émission emblématique de France Cul Les Papous dans la tête, pour cause de départ à la retraite de Françoise Treussart, nous avait tous plongés dans la mélancolie, voire dans le désespoir. Pensez donc : après quelque chose comme 50 ans de présence dans dans