En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Bonne correction

Bonne correction

"L'erreur est humaine..." La correction aussi. :) Ces pages sont consacrées au repérage et à la correction (avec explications) des fautes de français de plus en plus courantes sur internet et dans les médias. Un peu de "grammar police" dans un monde de "grammar délinquance"... :)

Ses blogs

Bonne correction

Bonne correction

L'erreur est humaine... la correction aussi. ;)
Bonne correction Bonne correction
Articles : 31
Depuis : 30/06/2016

Articles à découvrir

en train de

en train de

Et non "entrain de". On peut avoir de l'entrain, c'est-à-dire de l'allant, de l'énergie, de la bonne humeur, et être en train de faire une belle faute d'orthographe devenue très classique un peu partout sur le web. Il ne faut pourtant pas confondre les deux. Vous êtes en train de faire quelque chose, deux mots : "en train". Vous faites cette c
Et moi donc

Et moi donc

Et non "et moi dont". La confusion entre "dont" et "donc" est de plus en plus courante sur le Net. Il est vrai que dans certaines expressions avec "donc", on prononce rarement le "c". Par exemple : "dis donc ! ", "allons donc ! ", "comment donc...", "quoi donc ? ", etc. Pourtant le pronom relatif "dont" n'a rien à voir avec la conjonction "donc".
Or

Or

Parfois deux mots sont homonymes. Ils se prononcent de la même manière, comme "ça" et "sa", ou "or et "hors". Or, qui dit même prononciation ne veut pas dire forcément même orthographe. Il est donc hors de question de confondre ces deux mots, même à l'écrit ! L'un est une conjonction de coordination ("or") équivalente à "oui, mais justem
Loser

Loser

Et non "looser". En parlant d'insulte (voir l'article précédent, sur le mot "ignare"), on peut se traiter aussi de loser, avec un seul "o". Ce mot anglais entré dans la langue française vient du verbe "lose", qui signifie "perdre" (et se prononce à peu près "louze"). D'où "loser", qui veut dire "perdant" au premier sens du terme, comme le pe
ignare

ignare

Il n'est pas rare de voir des gens s'insulter sur internet, mais quand l'insulte est "vous êtes un ignard", il est difficile de réprimer un sourire. On a même vu ce mot au féminin: "ignarde". Alors que le mot "ignare" est bien sûr le mot correct. Et il décrit aussi bien un homme qu'une femme. Car l'ignorance nous frappe tous et toutes... ;)
je ferai ou je ferais

je ferai ou je ferais

Je serai, je ferai, j'irai, je saurai, je verrai, je dirai etc. ou Je serais, je ferais, j'irais, je saurais, je verrais, je dirais etc.? Ce sont deux temps différents, comme vous le savez. Le premier est le futur simple, le second est le conditionnel présent. Le premier, c'est : "je ferai, tu feras, il fera, nous ferons, vous ferez, ils feront",
"On" ou "ont" ?

"On" ou "ont" ?

Une des confusions les plus ahurissantes qui existent depuis quelque temps (non, il ne faut pas de «s» à «quelque» dans «quelque temps», mais ce n’est pas le sujet ici) est la confusion entre «on» et «ont», de plus en plus répandue sur le web. Trop répandue pour être à chaque fois une simple faute d’inattention. « On » est un p
veux ou veut ? peux ou peut ?

veux ou veut ? peux ou peut ?

Petite révision : je veux, tu veux, il veut ; je peux, tu peux, il peut. Et rappelons que "on" se conjugue à la troisième personne du singulier: quand on veut, on peut. Petite règle simple, valable pour tous les verbes de la langue française : à la troisième personne du singulier (il, elle, on, ce, c', ça, ceci, cela...) le verbe ou l'auxil
Faire partie

Faire partie

Faites-vous partie des gens qui écrivent «faire parti» ? Si c’est le cas, vous êtes une partie de ces gens. Avec un e. Vous pourriez alors avoir un parti pris et prendre parti pour une réforme de l’orthographe, et même créer un parti pour cela (vous seriez mal parti, ou partie, selon que vous êtes un homme ou une femme), mais pour l’i
liberté, égalité, fraternité

liberté, égalité, fraternité

liberté, égalité, fraternité... dans la cité ! (et non "libertée... citée") Une manie de plus en plus répandue est d'ajouter un "e" à des noms communs, certes féminins, se terminant par "-té". On voit parfois la "beautée", par exemple, alors que la beauté se suffit à elle-même. Par contre, si elle est invitée, il faut bien un "e", p