En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Monika Szymaniak

Monika Szymaniak

Traductrice français-polonais

Ses blogs

Traductions du polonais

Traductions du polonais

Blogue de la traductrice français-polonais Monika Szymaniak
Monika Szymaniak Monika Szymaniak
Articles : 19
Depuis : 19/08/2015

Articles à découvrir

« Chacun son paradis »

« Chacun son paradis »

« Il est une seule question sur laquelle les citoyens de la République tchèque s’accordent pleinement et qui n’est jamais sujette au moindre différend. Ils considèrent tous que leur pays est beau, l’État ayant toujours entériné ce sentiment. Les Britanniques, dans leur hymne national, demandent à Dieu de protéger leur reine, et ils
« Saturne »

« Saturne »

« Répugnante est la vieillesse. Ses odeurs et ses figures – yeux larmoyants, conjonctives rougies, cils et sourcils dégarnis, plis de chair flasques, dartres. Répugnantes, sa voracité à sucer les restes, sa gourmandise, sa manière de se jeter sur le plat avec des clappements sonores. On dit qu’il est beau de vieillir à deux. Qu’y a-t-
« Monsieur Toupetit et la baleine »

« Monsieur Toupetit et la baleine »

« Il prit son bateau sous le bras, Et s’aventura sur l’île déserte, là-bas. Je me repose et je rentre, c’est fini ! Si la baleine n’est pas là, tant pis ! En attendant, il visita l’île de haut en bas En vélo, par tous les chemins, ma foi. Cela lui prit trois jours entiers Et il rentra, le pauvre, tout épuisé. Puis son tourne-disq
« Journal de la Kolyma »

« Journal de la Kolyma »

« C’est la capitale de la Kolyma, dont Alexandre Soljenitsyne parle déjà dans le premier paragraphe de son œuvre fondamentale L’Archipel du Goulag. Mais moi, je ne vais pas parler du Goulag, des camps, des détenus, de la famine, de la mort, ni des tortures. À Magadan, je suis censé rejoindre la Route de la Kolyma, parfois appelée aussi
Amour de pierre

Amour de pierre

« Il y a de bons côtés à vivre auprès d’un homme qui risque sa peau plusieurs fois par an ; on ne les remarque pas forcément tout de suite. La foi en la vie est différente, elle ressemble au cours des saisons ; après chaque effondrement elle se renouvelle malgré tout, toujours plus forte. On a foi en des séquences de vie très courtes :
« Antibiographie »

« Antibiographie »

« La guerre n’avait pas écrasé la maison que le père du vieux K. avait construite pour sa famille, elle ne l’écrasa pas lui non plus personnellement dans un trou d’obus au front, comme ses frères, le père du vieux K. avait eu de la chance, apparemment c’est lui qui avait bénéficié du contingent de chance accordé à la fratrie ;
« L'art d'écosser les haricots »

« L'art d'écosser les haricots »

« Vous voulez des haricots, dites-vous. Oui, j’en plante un peu, mais vraiment très peu, juste de quoi subvenir à mes propres besoins. C’est comme pour le reste. Carottes, betteraves, oignons, ail, persil. Pour le plaisir d’avoir ma petite récolte à moi. Je vais vous dire, monsieur, les haricots, ce n’est pas ce que je préfère. D’a
« Une confiserie du temps jadis »

« Une confiserie du temps jadis »

« Cette époque n’est pas si lointaine. Je ne suis tout de même pas un vieillard ! Il me semble pourtant que ces jours sont morts depuis longtemps. Le souvenir que j’en garde surgit à chaque fois comme entouré d’un halo d’ombre et d’irréalité. Tous les événements de cette période, leur déroulement et leurs causes profondes, para
« Morphine »

« Morphine »

« C’est moi. Konstanty Willemann. Avec les effets de la vodka. Ou plus exactement du vin, les quatre dernières bouteilles, hier, tout seul, attablé dans la cuisine, en bouffant du pain frotté d’ail et saupoudré de sel, grillé au four par Aniela. Les quatre dernières bouteilles. Il n’y a plus de vin. Il n’y aura plus de vin. Peut-êtr
« Polococktail party »

« Polococktail party »

« Et quand je me réveille au bord de la mer, le seul souvenir que je garde du temps où j’arrivais encore à relier plusieurs faits entre eux, c’est d’avoir sniffé à l’aide d’un stylo de la marque Z. Sztorm, Fabrique de Sable, rue du 12-Mars quelque chose. Et de l’avoir imaginé, ce sable, pur produit de nouvelles technologies, soum