Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

lerevolverenboisdefer.over-blog.com

lerevolverenboisdefer.over-blog.com

Ses blogs

lenferaufront

lenferaufront

Blog sur la vie des poilus dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale
lerevolverenboisdefer.over-blog.com lerevolverenboisdefer.over-blog.com
Articles : 13
Depuis : 18/04/2018
Le blog de lerevolverenboisdefer.over-blog.com

Le blog de lerevolverenboisdefer.over-blog.com

Quelques poèmes surréalistes
lerevolverenboisdefer.over-blog.com lerevolverenboisdefer.over-blog.com
Articles : 81
Depuis : 30/09/2010

Articles à découvrir

Un enfer céleste

Un enfer céleste

Je me souviens de la tendresse de ta bouche, L’électricité douce de tes lèvres Tendres telles du métal. Je me souviens des diamants dans tes yeux, Bleus comme l’émeraude Scintillants comme les ténèbres. Je me souviens de ton visage éteint par la lune, Ton visage éclairé descendu de l’impasse des cieux Une course sans montre commenç
Venu d’hier

Venu d’hier

Mémoire ô ma mémoire Qui oscille comme la mer Qui trahit comme l’amant Souvenir auréolé de brume Tu me suis et m’obsède Dans mes rêves tu reviens Tu chuchotes à l’oreille L’oubli jamais n’apaise Tourbillon des pensées Manège étourdissant Saliha B. https://pixabay.com/fr/savoureux-le-petit-d%C3%A9jeuner-713012/

Dans un autre monde

Le 11 juillet 1916 Ma Chère famille, Je vous écris cette lettre avec un goût amer mais ravi de vous l’écrire aussi, puis peiné de vous annoncer que je ne rentrerai pas en ce mois de juillet désagréable où il commence à faire vraiment chaud. Je suis enragé de cette situation, où je me trouve. Se trouvent aussi autour de moi des centaine

Sans fin

29 novembre 1915 "Mes chers parents, C’est depuis le champ de bataille que je vous écris, un champ dévasté, sombre et effrayant. Je suis peiné de ne peut-être pas vous revoir un jour, de plus en plus accablé de voir mes amies mourir les uns après les autres. La peur s’installe peu à peu. Ce mois rude en pleine hiver, je lutte mais me d
L’ombre de nos sentiments

L’ombre de nos sentiments

Souviens-toi d’avoir regardé l’heure dans le ciel Le soleil se couche sur tes paupières Le rouge sang de tes lèvres marche sur l’horizon Tes joues rondes comme un accordéon Souviens-toi d’avoir été comme une reine sans royaume Ton sombre sourire brillait sur nous Tes cheveux dansaient partout Les lumières de la ville étaient tes luc

A ma tendre maman

15 octobre 1915 Ma chère maman, Mon temps est compté. Pourtant, c’est un beau jour paisible d’octobre pour une bataille, une après-midi ordinaire d’automne. J’ai chaud, j’ai la gorge sèche, j’ai faim et je dors à même le sol. Je veux que ça s’arrête, de voir mes camarades mourir à leur tour me terrifie de plus en plus. Je ne
 Une vie heureuse

Une vie heureuse

Où tristesse serait bannie Où ton sourire empli de bonheur comblerait mon cœur Où séviraient des plaisirs ardents Tes lèvres me caressent telles un soleil au crépuscule qui refroidirait mon cœur Éprise de toi, je me livrerai à des plaisirs sans partager Tes yeux m’éblouissent de mille feux tels l’obscurité pénétrante des ténèbre
Chemins Confus

Chemins Confus

Souviens-toi de ce bonheur abîmé Cette tristesse du passé qui s’est noyée derrière l’océan des beaux moments vécus Ce rêve est blessé comme les plaies souffrantes de ton cœur Ce regard que les sentiments ont porté sur nous est aveuglé Tu avais savouré le goût si atrisstant de cette mélancolie joyeuse Ce manque est vif tel un rayo

Pourquoi ce blog ?

Nous, élèves de troisième prépa professionnelle (2017-2018) du Lycée Jean Geiler de Kaysersberg, avons réalisé ce site pour ne pas oublier ce qui s’est passé. On a écrit des lettres de poilus imaginaires en s’inspirant de vraies lettres de poilus tirées de l’ouvrage Paroles de poilus, comme si c’était nous qui étions à la guerr
Un soleil sombre

Un soleil sombre

Souviens-toi de notre monde sans paradis fiscal Souviens-toi de nos lèvres rouges semblables au coucher de soleil Souviens-toi de ces nuageuses paroles qui marchaient sur le sable Souviens-toi de cette rencontre tordue et inattendue Souviens-toi de ces moments où j’ai sombré dans les ténèbres Lorsque tu avais tes cheveux dans les miens Et qu