Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
laviedelaptitebestiole.over-blog.com

Ses blogs

Le blog de laviedelaptitebestiole.over-blog.com

ma vie sans intérêt aucun, passez votre chemin si vous avez quelque chose sur le feu... ma vie donc, zestée de celles de mes poulettes et d'un poussin, et de tout ce qui, sans être important, l'est pour moi. N"hésitez pas à laisser un ptit mot.
laviedelaptitebestiole.over-blog.com laviedelaptitebestiole.over-blog.com
Articles : 301
Depuis : 12/06/2010
Categorie : Lifestyle

Articles à découvrir

les enfants, haikus ambulants.

"- Maman, Mamaaan, ma soeur elle touche le zizi du poussin. - Même pas vrai d'abord ! ... Je touche en-dessous !" Je vous laisse le soin d'apprécier la nuance !

tu t'aimeras comme ton prochain

Il y a pas mal de temps – oserais-je écrire plus d'une décennie ? Ouch, trop tard, c'est fait... - dans mes jeunes, braves et irresponsables années (je crois avoir conservé de cette époque à titre de souvenir cet unique et dernier adjectif) j'ai toujours ou presque freiné des quatre pattes lorsque le hasard me proposait un rôle, un truc

De ce pays qu'il ne connaîtra pas

Depuis que tu es parti, la honte est remontée. Comme mon repas européen équilibré d'européenne équilibrée du jour où on m'a dit qu'on ne savait que ça. Que ça ?? Deux enfants encore, deux enfants de plus en centre de rétention ? Un centre de rétention est une prison qui sépare ceux qui sont nés du mauvais coté et essaient de s'en sor

Boogaerts

Hey, m'avait échappé, ce clip ! Quand il y a des arbres, c'est forcément un truc à bestiole. Ok, y a pas que ça. Et une ptite mélodie dans la tête, une... Boogaerts, il est parfait pour un hiver calme et doux. C'est un poncif, que dis-je c'est un truisme, bref, c'est une lapalissade, on pourrait croire que j'ai du temps à perdre ! Méééé

le garçon incassable

De temps à autre, j'ai envie de garder une trace de mes lectures. Quand le texte parle d'absence d'émotion et qu'il transpire pourtant desdites émotions, par exemple. Je suis en admiration devant Le garçon incassable, de Florence Seyvos, Ed. de l'Olivier, 2013.

aujourd'hui c'est gratuit

J'ai horreur de courir les magasins. Il me manque plus d'un neurone, mais notamment celui du regard affuté de la chasseuse de bonne affaire ou de l'article nécessaire. Tracer mon chemin au milieu des objets à vendre est à peu près aussi facile pour moi que de trouver un commodo de clignotant gauche de Picasso dans une Casse Auto. Et encore. Da
j'peux pas, chef...

j'peux pas, chef...

Calendrier de l'Avent, mémorisation d'accords (toltèques ou musicaux), lavage de voiture, épilation, blogs, même combat. Service minimum. Maître mot, se préserver. Plus, je ne peux pas : ça coince. Dans le cou, les épaules, la tête d'alouette. Mais je suis là, toujours... Alors on est gentil, on ne s'esclaffe pas (trop) devant mon calendr

Cabaret Clando, 19.10

Des sourires et une soirée comme on en passe trop peu. Rapprochez les talents, ils multiplient la richesse du moment comme des petits pains pâtes à pizza... Les voix, les guitares se sont croisées, se sont répondu, et le bonheur a rebondi, et il a pris possession de tout cet espace, je me suis même laissé dire qu'il en débordait jusque sur

je ne peux pas sortir ce soir

Je ne peux pas sortir ce soir. Le thème du spectacle est évidemment intéressant, certainement émouvant. Un trio, deux musiciens, et cette interprète du coin, qui modèle ses textes et ses compos sur la base glaiseuse et ensanglantée du pays de Braux, qui malaxe les histoires humaines pour en sortir la moelle torturée. Les vies d'ici ressembl

rappel obligatoire (pour rester immunisée)

Atelier écriture, 2001. Une vie plus tard, toujours les mêmes dadas : l'enfance, le ressenti, la recherche du vrai. Le titre était celui de l'article. Je me souviens... mirabelles chaudes de soleil qui éclataient jus épais collant les doigts dans l'herbe sèche et coupante au mois d'août Je me souviens... l'odeur de la terre quand il fait cha