Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Vincent Vallade

Vincent Vallade

Ses blogs

 Vincent Vallade

Vincent Vallade

artiste plasticien
Vincent Vallade Vincent Vallade
Articles : 11
Depuis : 16/03/2008
Categorie : Mode, Art & Design

Articles à découvrir

°

°

2010, Installation de peaux urbaines : Espace-temps d’infrastructure urbaine Brou de noix et crayon sur papier, pinces, fil de nylon, 550/400 cm L’installation des « peaux urbaines » présente l’infrastructure urbaine des regards de visite. Par son réseau de fils tendus formant un quadrillage, elle est comme un témoignage archéologique d
°

°

Carte d'espace temps d'un regard de visite / Trottoir nord-est parking 38 Bd du Grand Cerf / Poitiers / 15/04/2008 2009, brou de noix et crayon sur papier, 100/160 cm, encadrement sous verre La carte du sol présente l’empreinte d’une plaque d’accès aux câbles électriques. -Elle propose de porter un regard neuf sur le quotidien et sur ses
°

°

2010, Carbone sur bois mélaminé, 120/80 cm Les Plaques d’impression carbone, récolte l’espace-temps d’un lieu. Elles s’imprègnent du résultat de l’interaction entre un espace (celui de leur surface très fragile et sensible réalisée au noire de fumée) et un temps dans un lieu donné. L’évolution des empreintes sur les plaques s
°

°

Cette production permet de mettre en avant l’idée de la ville comme organisme vivant. La texture des feuilles d’empreintes sont comme des peaux de cuir tannées. Installé comme des peaux tendus ou simplement posées au sol ou au mur, ce travail sur les peaux crée une tension entre l’organisation de nos villes et celui des organismes vivant
°

°

2010, Plaque de plâtre et technique mixte, 25/40 cm Tout comme dans le travail des peaux urbaines, cette production met en exergue l’idée que l’espace architectural et les infrastructures urbaines sont comme des organismes vivants. Ici, le travail d’incision dans le mur révèle les systèmes de fonctionnement du réseau urbain comme s’il
°

°

Dans la lignée du travail sur les peaux urbaines, le geste est matérialisé. Il devient ici un organisme vivant à l’image d’une peau. L’impact physique du geste est ainsi mis en exergue. 2010, peinture glycérophathlique sur verre synthétique, 23,5 / 32,5 cm
°

°

Ici, l’empreinte d’un objet est réalisée avec de l’énergie fossile et elle est présentée comme un objet archéologique ou géologique. Sa forme rappelle celle d’un mollusque. Petit écrin-bijou, seul le moulage du packaging demeure. L’emballage et le marketing tendent à supplanter le contenu. 2011, composite, 13 cm de haut