Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

betsabeth

betsabeth

J'ai, par Amour,choisie d'abandonner mes ailes. Me voilà maintenant, ange déchue, condamnée à vivre sur cette Terre, loin de la Lumière... Un peu d'humour faute d'Amour...

Ses blogs

Porteuse De Lumière

Porteuse De Lumière

Un espace entre Ciel et Enfer, dans le purgatoire qu'est notre Vie sur Terre...
betsabeth betsabeth
Articles : 47
Depuis : 08/03/2010
Categorie : Lifestyle

Articles à découvrir

Porcelaine

Je te donne mon âme et son parfum d' Amour son étincelle, et même, sa musique qui court... Je te donne la rose et l'orchidée fleurie aux couleurs flamboyantes du crépuscule qui luit... Je te donne le vent et son chant amoureux qui fait bruisser les branches d'un doux son langoureux... Je te donne la nuit pour cacher tes serments, pour endormir
INTRODUCTION PERSONNELLE

INTRODUCTION PERSONNELLE

Suite à un commentaire que j'ai trouvé vraiment pertinent ( merci pangloss, c'est pour ça que j'aime venir sur ton blog, pour la pertinence de ta pensée que tu sais si bien mettre en mots.... ) J'ai décidé de mettre les choses au clair sur les sujets concernant les religions qui ponctueront parfois les pages de ce blog : 1 : je promet de ne p

la poésie en " Alexandrins "

Commençont par la définition alambiqué de ce qu'est un "Alexandrin". Oubliez définitivement un rapport quelconque avec un habitant de cette sublime ville qu'est Alexandrie dans le lumineux pays d'Egypte. Non, pas du tout ! Aucun rapport ! L' Alexandrin ( ou "dodécasyllabe = vers de 12 syllabes, dit aussi vers en 12 "pieds" ) est, en principe,

A toi.... ma fille.

C' est ta main dans la mienne qui me fait avancer et m' empèche toujours de trébucher. C' est ton Amour pour moi lu dans tes yeux qui efface tous les obstacles douloureux. C' est ton sourire inconditionnel qui peint en bleu les tempêtes dans mon ciel. C' est tes calins avec tes bras autour de mon cou qui me protègent de tous ces Fous. C' est le
Ô NUIT....

Ô NUIT....

Ô NUIT ! Je t'attends...je t'attends, Comme une jeune épousée Sur le bord de sa couche Que son amant lui offre sa bouche. Ô NUIT ! Viens vers moi étendre ton voile! Viens prendre possession de mon corps, Doucement le caresser et l'envelopper. Conduis moi vers les étoiles Et fais moi rêver! Ô NUIT ! J'attends de tes bras forts et musclés, J
PARODIE...... de vie !

PARODIE...... de vie !

Ma vie comme une immense parodie Peu de gros plans, mais beaucoup de "flous" Pas toujours artistiques... Changement de décors, parfois d' acteurs Mais toujours, inlassablement, le même scénario Certaines histoires sont sans histoire Une seule certitude Les contes de fées n' existent pas... Et les " méchants " gagnent , parfois... Les chapître
POUR OUBLIER......

POUR OUBLIER......

Pour oublier mes maux, une autre j'ai été J'ai pris diverses formes, du coyote à la fée J'ai broyé tant de cœurs de mes doigts écorchés Et craché sur des rires qui voulaient me soigner. Pour oublier mes maux, j'ai ignoré le jour J'ai ignoré des yeux et de doux mots d'amour ; Repoussé des visages aigrie par leurs larmes Et tendu mes deux
Chasse perdue.

Chasse perdue.

Elle est sortie de sa tanière cette nuit. En quête de son loup alpha. Elle savait où le trouver pour avoir suivi sa trace depuis quelques jours à travers son terrain de chasse. Son pas est sur et rapide... Elle halète de la savoir si proche d'elle... Au détours d'une clairière que la lumière de la lune allume d'une lueur blafarde : elle le
LOUVE cherche LOUP.....

LOUVE cherche LOUP.....

Il est là.... Elle le sent, le hume, renifle son odeur de mâle alpha. Voilà déja quelque mois qu'elle avait croisé son chemin au cours d'une de ses chasses. Un mâle au pelage d'un noir bleuté qui se confondait dans le sombre de la nuit. Trop affamée pour penser à autre chose que d'assouvir sa faim, elle n'avait fait que le regarder de loin
FUIR...

FUIR...

Fuir ces moments qui m'indisposent; laisser passer à côté, ces choses.... qui ne tiendraient pas plus qu' un fil, car si petites et si fragiles... Fuir ces instants de Bonheur, que tu me donnes à pas d'heure de peur de ne pouvoir les tenirs dans mes mains qui ne savent tant contenir... Fuir tous ces ciels si bleus, pour ne pas y voir apparaîtr