En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

emmanuelle grangé

Ses blogs

chantier traverses   emmanuelle grangé

chantier traverses emmanuelle grangé

emmanuelle.g.over-blog.com
emmanuelle grangé emmanuelle grangé
Articles : 436
Depuis : 26/01/2008

Articles à découvrir

OSTERHASE

OSTERHASE

Dans un premier temps, une chaussette pleine de confiseries devant la porte des enfants, aucune menace de Saint Nicolas. Autant d’attentions particulières que d’enfants. Puis des livres qu’elle enveloppait pour qu’ils ne trouent pas la chaussette. Avec des images puis sans images enluminantes, des livres et des rouleaux de réglisse – qu
Météo

Météo

Hier je me suis offert un manteau chaud doublé coton bouclette comme si l’hiver à venir serait froid, très froid, gélatineux, algide. Je n’ai guère hésité. L’emballage en bout de bras était presque pesant, le temps vers 16° dans les rues de Paris. Je me rappelle les sorties avec Grand-Mère Édith, nous partons à pied de Malakoff. Q
dimanche, 15 janvier, 17:35

dimanche, 15 janvier, 17:35

J’ai travaillé à dire, à mieux dire, à taire l’arbre qu’on voit un jour, qui n’est plus le même le lendemain, à dire cet arbre, par exemple. Je crains que ma simple ait gelé, je l’ai abritée sous le sophora persistant ; l’année dernière, au printemps, je l’ai coiffée d’une coupe rase, en été, de minuscules fleurs roses
LES  CHAISES

LES CHAISES

Il y a bien longtemps, ces instants de joie et d’ennui… Ces amers-là. Au coin de la rue Stendhal, la montagne glabre, à Mounier, les neiges éternelles – sur la terrasse, je les voyais roses, soupirant, je les déclinais, je ne pensais à rien, je le jure, elles m’engloutissaient, j’allumais le réverbère, je ne bougeais d’un pouce.
automne

automne

Il y avait un homme torse nu il y a quelques jours, assis, à la rambarde de son balconnet, il faisait soleil. Il est de nouveau là, en chemisette entrouverte à son balconnet, les mains jointes en son giron, la tête qu’il relève parfois, sans doute, qu’il penche vers sa gauche. Il profite de cet automne chaud. Je le vois de ma terrasse, je
Se souvenir des lecteurs, des lectrices

Se souvenir des lecteurs, des lectrices

Entre le petit-déjeuner et la rencontre quotidienne avec ses élèves, il lui reste quinze minutes : elle s’installe sur le canapé et lit. Elle a recouvert le livre de papier cristal, un fichu en coton fleuri autour du cou, des lunettes, un cabas à ses pieds, assise sur la banquette du métro, c’est un livre de bibliothèque, je distingue le
météo

météo

Hier je me suis offert un manteau chaud doublé coton bouclette comme si l’hiver à venir serait froid, très froid, gélatineux, algide. Je n’ai guère hésité. L’emballage en bout de bras était presque pesant, le temps vers 16° dans les rues de Paris. Je me rappelle les sorties avec Grand-Mère Édith, nous partons à pied de Malakoff. Q
Après l'automne

Après l'automne

Je me rappelais non pas la date mais ce soir avec René Allio, cette fin d’après-midi où Marc et moi remontions les allées Paul Riquet jusqu’au théâtre, Marc s’était arrêté devant une pâtisserie, y était entré, nous avions partagé un gâteau de châtaigne, de chocolat, de pâte à chou. Nous arrivions de Montpellier pour jouer une
17 septembre 2016

17 septembre 2016

J’ai assisté à plusieurs mariages, je ne sais pourquoi à chaque fois mes yeux s’humidifient – la chaleur, les parfums, la claustrophobie en salle de mairie, … J’ai été demoiselle d’honneur, une photographie l’atteste, j’ai une couronne de fleurs, l’air maussade voire mauvais, ma mère disait que la cérémonie durait et que j
en duplex

en duplex

Hier soir après deux petits poissons bars tout simples au four, treize minutes pas plus, après moult racontages de la journée et le gâteau chocolat d’Amélie, j’étais au lit, un bouquin gouleyant sur le rebondi de la couette, lorsque j’entendis une voix que je crus d’abord au téléphone, à cette heure-ci, me dis-je, il était passé