En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

thiaumont

thiaumont

Ses blogs

Lettres de 3 frères poilus

Lettres de 3 frères poilus

3 frères, Maurice, Paul, Joseph, élevés dans une famille catholique et patriote qui ne roule pas sur l'or. Maurice passe son bac de philo en 1912, comme 7000 autres condisciples. Paul vient d'obtenir son Doctorat en médecine et part sous les drapeaux pour un service militaire normalement de 3 ans. Joseph est un jeune vicaire. Leur destin va basculer au cours de l'été 1914. Voici, semaine après semaine, leur correspondance de guerre. Que leur courage ne soit pas oublié.
thiaumont thiaumont
Articles : 73
Depuis : 09/07/2008
Categorie : Lifestyle

Articles à découvrir

21 février 1916, début de la bataille de Verdun

Il y a 100 ans débutait la bataille de Verdun ; un million d´obus sont tombés en une seule journée sur les premières lignes françaises. Ne pas l´oublier, ne pas oublier la souffrance de ces jeunes gens, devenus littéralement ''chair à canon''. Certes ne n´était pas la premiére fois (l´expression a été forgée par Chateaubriand aprés
11 novembre 2011

11 novembre 2011

Aujourd'hui, 11 novembre 2011, jour de mémoire. Et il est bon en effet de se souvenir. A l'heure où la crise financière commence à affecter le quotidien de chaque européen, où une forme de guerre économique est à son paroxysme, comme il serait tentant de voir dans la guerre une forme de purification des âmes ... ou de relance économique !
La guerre illustrée...

La guerre illustrée...

Voici deux photos et deux cartes postales illustrant la période de 1913 á 1918 : -Sur l´aérodrome de Reims en 1913 -Le cuirassé Jean-Bart, un des fleurons de la marine française, mis á l´eau en 1911 -Le naufrage du navire hopital '' Le Portugal'' -Aprés un Te Deum en 1918 D´autres, toutes aussi originales, suivront dans les prochains mois
La guerre illustrée (suite)

La guerre illustrée (suite)

Chers lecteurs de ce blog, Je ne vous oublie pas, pas plus que vous n'oubliez nos poilus en cette année du centenaire. Je vous livre quelques cartes postales supplémentaires. La première est patriotique (l'Alsace est une magnifique fiancée délivrée des griffes de l'ogre), la seconde montre Maurice entouré de deux autres poilus, la dernière
La guerre illustrée (suite)

La guerre illustrée (suite)

Chers lecteurs, Alors que nous nous apprêtons à entrer dans l'année du centenaire, merci de votre fidelité à ce blog, mais surtout à la mémoire de ces jeunes (et moins jeunes) dont la vie a été parfois sublimée, mais plus souvent laminée par le rouleau compresseur d'une Histoire sans états d'âme. Comme promis voici, trois autres cartes
11 novembre 2012

11 novembre 2012

Dans 3 jours sera commémoré l'armistice de 1918. Quatre-vingt quatorze ans après la fin de la Grande guerre et deux ans la publication des dernières lettres des 3 frères poilus, la souffrance et l'héroïsme de ces soldats continue de susciter de l'intêrêt et à soulever bien des questions comme en témoignent les presque 10000 visiteurs de
La course folle...vers la guerre

La course folle...vers la guerre

Monument aux morts de Saint Martin du Vercors 99 ans ! Dans un an, un siécle aura passé depuis le déclenchement de la Grande Guerre. On évoquera alors une nouvelle fois la course folle pour la suprématie européenne et son corollaire, la course aux armements, le jeu des alliances...qui ont précédé des millions d'hommes dans l´enfer... Je v

Le feu

A l´approche des commémorations du 11 novembre, la visite des tranchées reconstituées prés du village de Pressins dans l´Isére (bravo pour ce formidable travail) m´a amené á relire le livre d´Henri Barbusse, écrit dés 1916 : Le Feu. Rappelons qu´Henri Barbusse, militant pacifiste depuis 1908, a sollicité á l´âge de 41 ans sont eng
le bonheur est partout...

le bonheur est partout...

Une fois la guerre finie, une fois l´assurance d´avoir sauvé sa peau aprés parfois des années d´angoisse, pour les poilus les petits riens d´une vie ordinaire prenaient une saveur inouie, avant parfois hélas certaines désillusions du retour á la vie civile. Mais dans les tranchées aussi d´autres plaisirs jugés insignifiants en d´autre