Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Virginie Dascotte

Virginie Dascotte

Vous trouverez mes créations littéraires sur mon blog. Merci de votre visite et laissez-moi des commentaires :-)
Tags associés : derniers poemes

Ses blogs

Poésies et histoires courtes de Virginie Dascotte

Poésies et histoires courtes de Virginie Dascotte

Chers visiteurs, soyez les bienvenus. Je vous invite à prendre le temps de lire cette sélection de textes de ma plume, aux styles et aux thèmes variés, et qui devraient, je l'espère, vous procurer quelques émotions. Toutes ces œuvres sont ma propriété intellectuelle, prière de ne pas les diffuser sans mon autorisation. N'hésitez pas, déposez vos commentaires, merci de votre visite et bonne lecture :-)
Virginie Dascotte Virginie Dascotte
Articles : 17
Depuis : 24/06/2008

Articles à découvrir

Ni Oui ni Non (2003)

Il m’est arrivé quelquefois de dire ces mots ; Ces mots au cri muet, au timbre secret et chaud, En lesquels l’avenir espère, ... n’espère plus rien. À présent, seul le silence meurtri me soutient. Tu n’as rien écouté, tu dis que tu sais. Alors la maison se plaint, la lumière se tait. Dans leur solitude quotidienne, les murs pleurent

Invitation au suicide

Dans ce lieu vaporeux, à cette heure inconnue, Les âmes défuntes sont là, elles te toisent. La lame entre tes doigts, que fais-tu ? Qu'attends-tu ? Te laisserais-tu saisir par la peur narquoise ? Ignore la douleur qui tente l'abandon Et ta lâcheté que tu aimerais vomir. Pourquoi te laisser écraser par des questions Inutiles ? Assume maintena

L'horloge

C’est une horloge qui dicte nos vies. Elle que l’on vénère et que l’on craint, Et ses aiguilles qui toujours défient Notre volonté de vaincre demain. Oui, elle, notre maîtresse implacable Qui nous presse et parfois même frappe De sa règle rigide et immuable Ce destin qui chaque fois nous rattrape. L'horloge sonne ses heures factices, A
HANTISE

HANTISE

Hantise Entends-tu ces bruits de pas Qui hantent les couloirs Et font craquer le bois ? Ils te font sans doute croire Qu’un enfant joue par là. Entends-tu ce petit air Que l’on fredonne tout bas ? Et ce visage qui t’est cher Apparaît soudain devant toi ! Entends-tu cette douce voix Qui répète et répète Une comptine derrière toi. Entend
Mistigri

Mistigri

MISTIGRI (par Virginie Dascotte) Mistigri, petit chat, Tu n’oublieras pas Nos câlins et nos baisers Que l’on s'est partagés. Je ne te verrai plus sauter Sur les toits du quartier, Maintenant je t’ai perdue, Tu ne sauteras plus. Tu ne dormiras plus jamais Dans mes bras qui te berçaient. Ton ronronnement s'est tu, Tu ne te réveilleras plus.

La perle de la connaissance (2003)

LA PERLE DE LA CONNAISSANCE Il existe, dans le monde inachevé de l'errance et des supplices, Une mystérieuse perle blanche ignorée de tous. Sur cette terre, où cris de douleur se mêlent aux vices De nos enfants souillés, où plus rien d'autre ne pousse Que le chardon adultère et le chiendent rieur, La Lumière a régné il y a bien longtemps

Au revoir

Le soleil frappait fort et on ne voyait guère Que ces deux corps tremblaient, ne sachant plus que faire. Mais ils attendaient ça, -sans vraiment le vouloir-, C'était là, le moment de se dire "au revoir". Il était si heureux d'avoir pu caresser Ce jour et cette main qu'il ne pouvait lâcher. Malgré le désespoir qui le dévisageait, Bercé de
Les Ghost

Les Ghost

S'invitant dans la nuit en attendant le glas, S'avancent de sombres passants que l'on appelle: Les Ghost. Dans leur regard vitreux, pas d'étincelle; Leur poitrine bat le rythme lugubre et froid D'une machine programmée à expirer. Leurs sanglots éteints ne trahissent plus aucun Sentiments. Mais leur esprit -ravagé- retient Le souvenir de l'Amou
Métaphores

Métaphores

L’amour est un cheval au galop qui franchit les barrières du Temps. L’amour est une araignée qui tisse sa toile dans le couloir du destin.

Je t'attends

Je me garde bien D'offrir mon cœur Ou mes faveurs Aux importuns. J'attends. Je me préserve, Et ça énerve Mes soupirants. J'esquive les tentations, Les abus d'alcool, Les belles paroles, Et tes prétentions. Nul besoin d'or ! Des diamants bleus Seront tes yeux Et mon trésor. Ton mérite et ton courage Viendront parer ton armure, Mon chevalier,