Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
maynine

maynine

Tags associés : mes concerts

Ses blogs

MuSiQuEs Au BoUt D'uN PiNcEaU.

Parfois en fermant les yeux on entend des couleurs...
maynine maynine
Articles : 257
Depuis : 26/08/2007
Categorie : Musique & Divertissements

Articles à découvrir

Avec une dernière dose d'enthousiasme - J M Vargas

Avec une dernière dose d'enthousiasme - J M Vargas

"Avec une dernière dose d'enthousiasme" - Jésus Manuel Vargas J’ai su dès les premières lignes que j’allais avoir des mots et des maux avec ce livre. Non pas avec les « mots » en tant que tels, ils sont tous choisis à bon escient avec un parfait à propos et d’une précision chirurgicale, (il est rare de lire dans un style aussi modern
MASTODON - The Hunter

MASTODON - The Hunter

Accrochez-vous ça va secouer... Si il y a des musiques qui ne laissent pas indifférent celle ci en est une. Elle est folle et singulière comme le sont ces exploits magnifiques et inutiles. Rien de connu à quoi se raccrocher. Cet album est une fuite perpétuelle où tout n'est que brillance et lumière. Au moment où on pense saisir un semblant
NIGHTWISH - Imaginaerum

NIGHTWISH - Imaginaerum

Jamais titre n'a été aussi bien porté. "Imaginaerum..."Il suffit de se laisser porter et rien n'est plus aisé.La musique est tantôt épique, flamboyante, effrayante, irrésistible ou envoutante, presque jazzy par instant... Le temps s'égraine au tic tac d'une mystérieuse boite à musique nous entraînant dans un flot d'images oniriques.Et la
DREAM THEATER - A Dramatic Turn Of Events

DREAM THEATER - A Dramatic Turn Of Events

Je l'aurais aimé rien que pour la beauté de la pochette. Cette image est absolument somptueuse... Un filin qu'on devine au bord de la rupture... Un improbable funambule au dessus des nuages dont le costume ressemble étrangement à celui d'un clown symbolisant la consommation à outrance. Et ce vaisseau des airs, affleurant mystérieusement du to
DIABLO SWING ORCHESTRA – Pandora’s Piñata

DIABLO SWING ORCHESTRA – Pandora’s Piñata

Avec Diablo Swing Orchestra on ne sait jamais ce qu'on va prendre sur la tête... Dans quel monde ces diables de swingers vont-ils nous entraîner cette fois ci ? Une épopée médiévale... Une fête foraine... Un quartier de la Nouvelle Orléans en plein milieu du carnaval... Un théâtre poussiéreux et vieillot... Une scène de cabaret... Un ba
IMMORTAL - At the Heart of Winter

IMMORTAL - At the Heart of Winter

La première chose qui a attisé ma curiosité chez les gars d’IMMORTAL, hormis le fait d’en entendre parler à longueur de forum, c’est leur aspect. Les Frères Jacques déguisés en méchants pandas croisés avec des blaireaux je trouvais ça plutôt drôle. Sauf que ces gars ne sont pas du tout marrant… Ou alors ils sont sur-vitaminés e
LES HABITUES - Comme Un Roc.

LES HABITUES - Comme Un Roc.

Ac tuellement on a le choix dans la musique. A ma droite: Le bobo niaiseux mal baisé et mauvais amant, aigri de tout, bon chic bon genre juste ce qu'il faut avec le cheveux soigneusement dépeigné comme au sortir du lit, la cravate négligemment dénouée sur une chemise de soie mal repassée qui nous assène sa désespérance d'une voix doucereu
SYMPHONY X - Iconoclast

SYMPHONY X - Iconoclast

Reconnaissable dès les premières notes. Fidèle à lui même. Pas de doute c'est du "Symphony X" 100%. Toujours les mêmes déclinaisons de bleus et de verts. Impossible de se tromper. Il y a juste que la palette est peut-être un peu moins riche, un peu moins subtile. Trop prévisible. Ou alors je connais trop bien leurs gimmicks. J'aime par fid
AGALLOCH - Marrow of The Spirit

AGALLOCH - Marrow of The Spirit

Je sais pourtant d'expérience que je dois me méfier mais je tombe chaque fois dans le panneau. Le début est tellement doux, tellement planant... Et là... Ça déboule ! Plein de violence, de force, d'arrache cœur et de vrille oreilles. Pourtant, malgré cette voix venue d'outre tombe, c'est mélodique, travaillé, léché par les flammes de l'
LUCAS'S TURILLI RHAPSODY - Ascending To Infinity

LUCAS'S TURILLI RHAPSODY - Ascending To Infinity

Une grand-mère ça a ses habitudes et ses points de repère. Dream Theater parle de très longues désintoxications alcooliques et de sevrages sans fin aux cigarettes rigolotes sur fond de jazz revisité par des chevelus en polos Lacoste. Mötor Head se vautre dans le cambouis, le stupre et le Jack Daniels sur fond de commerce d’otorhinolaryngol