En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

JACQUES BERTHOMEAU

Ses blogs

Le blog de JACQUES BERTHOMEAU

Le blog de JACQUES BERTHOMEAU

Espace d'échanges sur le monde de la vigne et du vin
JACQUES BERTHOMEAU JACQUES BERTHOMEAU
Articles : 5814
Depuis : 30/05/2005

Articles à découvrir

La France de pépé, le mythe gaulliste, la dévotion gaullienne, Malraux  le gaullisme à ses yeux, ne saurait être victime que de l’apocalypse, le PSU de Rocard…

La France de pépé, le mythe gaulliste, la dévotion gaullienne, Malraux le gaullisme à ses yeux, ne saurait être victime que de l’apocalypse, le PSU de Rocard…

Rassurez-vous je n’ai pas repiqué à ma drogue préférée, j’ai simplement retrouvé une pile de Nouvel Observateur datant de mai-juin68. Je les ai feuilleté, Dieu qu’ils étaient austères, le nombre de signes des articles abondant, et très vite j’ai retrouvé le parfum du mois de mai, sulfureux, bien loin des interprétations qui fleu
 Le dégagisme est-il réversible ?

Le dégagisme est-il réversible ?

Partout sur les murs de Paris : « Qu’ils dégagent ! » Je trouve l’injonction un peu molle, très petit bras de petits bourgeois, style sortez les sortants du papetier de Saint-Céré qu’a fini dans les soupentes de l’Élysée. Les murs de 68, eux, ne faisaient pas dans la dentelle pour bobos bien au chaud, pas de quartier pour les advers
Voter peut nuire gravement aux idées graves *...

Voter peut nuire gravement aux idées graves *...

J'ai recueilli ce titre, en avril 2007, veille d’un autre scrutin présidentiel, sur un mur de Paris, je lui trouve des accents 68 huitard. Ceux qui me suivent sur mon espace de liberté savent que j'avais 20 ans en mai 1968 et que, contrairement à Paul Nizan dans Aden Arabie, aujourd'hui je n'écrirai pas « J'avais vingt ans. Je ne laisserai p
e-cuisine du Taulier : j’ai toujours aimé recevoir ceux que j’aime à la maison ce qui ne m’empêche pas d’être furibard face à ceux qui ont des vapeurs…

e-cuisine du Taulier : j’ai toujours aimé recevoir ceux que j’aime à la maison ce qui ne m’empêche pas d’être furibard face à ceux qui ont des vapeurs…

En ces temps où certains, qui se disent militants du vivre ensemble, nous saoulent à coup de postures intransigeantes, sans concessions, les militants paresseux de la Toile ICI je cultive le bonheur de recevoir à la maison. L’ancien combattu de mai 68, lacrymogène et pavé d’artilleur, 3 semaines de grève générale dans ce que Yannick Gui
Un dimanche ordinaire hier ?

Un dimanche ordinaire hier ?

Cette chronique est écrite en direct au fil de ce dimanche de votation sous haute tension. Lever 7 h 30. Déjeuner ordinaire en compagnie du chat du voisin qui râle pour avoir sa pitance. Je me vêts sans passer par la douche, je vote dans mon jus. Dress code : vieux bobo assumé, jean gris, polo parme, veste bleue roi, richelieu sur socquettes f
Léon Blum 1932: « Entre Hitler et le pouvoir une barrière infranchissable est dressée » Sebastian Haffner, Histoire d'un allemand, souvenirs 1914-1933

Léon Blum 1932: « Entre Hitler et le pouvoir une barrière infranchissable est dressée » Sebastian Haffner, Histoire d'un allemand, souvenirs 1914-1933

J’avoue que dimanche soir j’ai été sidéré en écoutant le discours de Jean-Luc Mélenchon. Je comprends son immense déception et celle de tous ceux estampillés insoumis qui ont voté pour lui mais, tout de même, j’attendais de lui, avec son panache habituel, un discours de mobilisation contre le danger mortifère que constituent le FN
Traité de l’art bousier par Hannelore Cayre appliqué aux bavards du pinard

Traité de l’art bousier par Hannelore Cayre appliqué aux bavards du pinard

Si vous me suivez avec la même attention que Pax vous devez savoir que je suis un accroc d’Hannelore Cayre qui n’a ni sa plume ni sa langue dans sa poche. Elle dézingue. Elle sulfate grave ! ICI et ICI Dans l’émission Boomerang d’Augustin Trapenard elle nous lit un passage de son futur livre : Traité de l’art bousier. Je trouve que sa