En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Elisa

Elisa

"Elisa, on comprend pourquoi Gainsbourg a écrit cette chanson lorsqu’on aperçoit ses yeux bleus et le rouge carmin de sa bouche ; on donnerait tout pour qu’elle nous saute au cou." Alice H. Traductrice, 28 ans.

Ses blogs

Saute-moi au cou

Saute-moi au cou

Blog cinéma, musique, culture et humeurs
Elisa Elisa
Articles : 68
Depuis : 27/10/2010

Articles à découvrir

Mommy

Mommy

Il y a quelques jours, j’ai enfin vu « Mommy », le dernier film de Xavier Dolan. Avec Dolan, c’est toujours compliqué ; l’univers de Dolan est, si ce n’est dérangeant, vraiment « intrusif ». On entre dans une sphère ultra privée, patchwork de sentiments riches et ambivalents de fougue, de rage, et d’amour dispersés. « Mommy »,

Les murs de verre

J’ai mille fois tourné ma tête lasse vers ces murs de verre en me demandant ce que je faisais là. Je rêvais du dehors en dedans. Tout y passait, les vitres de bus et de trains, mais surtout, les vitres du onzième étage. D ans ce bureau impersonnel à la moquette crade, assise sur cette chaise où d’autres avaient posé leur cul, j’ai mi

Amnésie

Jeudi neuf février deux mille dix-sept, vingt-trois heures cinquante-et-une. Je ne sais plus comment m’y prendre. J’ai passé tellement de temps à laisser le temps passer. Mais ce soir, ce soir j'ai des flashbacks par dizaines en fast motion. La tête encore embuée d’effluves fermentées, je me souviens de tout. Cette liqueur, telle une pe
L'autre est ton ami

L'autre est ton ami

Je suis partie longtemps je sais, j'ai disparu. J'ai mis quelques milliers de secondes à sortir de ma torpeur, la tête encore endolorie face à tant d'atrocités. J'avais le vertige d'écrire malgré les idées qui s'imposent, et une posture lasse face aux conflits. Ne va pas croire que je rends les armes mais c'est la merde un peu partout. Il y

Je voudrais seulement voir la mer

Le contentement étant l’excellence du pauvre, je m’essouffle à chercher un moi meilleur qui court toujours trop vite. Mes yeux constamment rivés vers l'horizon, je rêve au grand, au fort, au tempétueux lointain. Tout quitter pour fouler une herbe pas plus verte ailleurs, vouloir des lendemains glorieux qui seront des hier minables. Cumuler
Summer of the 90s / Part 2 : liberté x fracture x révélation

Summer of the 90s / Part 2 : liberté x fracture x révélation

L'autre soir, en matant le second volet du « Summer of the 90s » d'Arte j'ai eu une révélation, une révélation qui a répondu à l'éternelle question du pourquoi je (et dans une plus large mesure, la majorité de mes amis, et des tiens aussi), ne vis pas avec mon temps, pourquoi je suis restée kéblo en 90, pourquoi je suis dans le déni pe

H.

A toi. L’histoire d’une de nos folies. A ces 1710 jours où je n’ai pas entendu ton rire. A tous ces matins frileux où, amore, j’ai en vain attendu un signe de toi, à toutes ces cigarettes menthol que j’ai fumées en ton absence, à tout ce que je n’ai pas pu te dire. Pendant 1710 jours, j'ai feint la sérénité à force de manque, j
Quantum love

Quantum love

J’ai comme des envies d’encore, un goût d’inachevé quand je pense à nos silences, à tout ce que disaient nos silences. J’aurais aimé qu’on s’aime grand, qu’on ait l’arrogance de croire qu’on ne s’aime pas comme les autres. J'aurais aimé t’aimer plus que n’importe qui de ma vie d’avant, me bercer d’illusions quant
Home

Home

Salut les copains, Quelques photos de mon profil Instagram pour vous montrer mon intérieur. Depuis quelques temps je m'intéresse beaucoup à la déco et certain(e)s d'entre vous m'ont demandé d'où venaient mes trouvailles, j'ai pensé qu'en parler sur le blog pourrait vous intéresser... Vous trouverez les références des meubles et accessoire
Summer of the 90s / Part 1

Summer of the 90s / Part 1

Tout l’été, Arte met chaque week-end les années 90 à l’honneur avec son « Summer of the 90s » présenté par Laurent Garnier (tu n’es pas sans savoir que je porte ces années très fort dans mon cœur). Première grande rétrospective sur cette décennie, on y parle de bouleversements, de tendances, de rébellion et d’hystérie collec