Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

manu

manu

Tags associés : poemes divers

Ses blogs

errance, poésie ,mélancolie

errance, poésie ,mélancolie

un blog pour parler d'errance, de poésie, de musique, de photos...de choses et d'autres..de coup de coeur, de coup de gueule....de pleins de chose qui rend notre vie presque supportable
manu manu
Articles : 11
Depuis : 28/09/2007

Articles à découvrir

la chanson de prévert

la chanson de prévert

Oh je voudrais tant que tu te souviennes Cette chanson était la tienne C'était ta préférée Je crois Qu'elle est de Prévert et Kosma Et chaque fois les feuilles mortes Te rappellent à mon souvenir Jour après jour Les amours mortes N'en finissent pas de mourir Avec d'autres bien sûr je m'abandonne Mais leur chanson est monotone Et peu à peu
la poèsie est une arme....

la poèsie est une arme....

LA POÉSIE EST UNE ARME CHARGÉE DE FUTUR Quand plus rien de personnellement exaltante n´est attendu, Plus on palpite et plus on est proche de la conscience, Existant comme un fauve, aveuglement affirmé, comme un pouls qui frappe les ténèbres quand on regarde en face les vertigineux yeux clairs de la mort, on dit les vérités : Les barbares, l
automne malade

automne malade

automne malade Automne malade et adoré Tu mourras quand l'ouragan soufflera dans les roseraies Quand il aura neigé Dans les vergers Pauvre automne Meurs en blancheur et en richesse De neige et de fruits mûrs Au fond du ciel Des éperviers planent Sur les nixes nicettes aux cheveux verts et naines Qui n'ont jamais aimé Aux lisières lointaines L
"le jardin" ...Prévert

"le jardin" ...Prévert

« Des milliers et des milliers d'années Ne sauraient suffire Pour dire la petite seconde d'éternité Où tu m'as embrassé Où je t'ai embrassée Un matin dans la lumière de l'hiver Au parc Montsouris à Paris À Paris Sur la terre La terre qui est un astre. » J.Prévert
nous avons perdu....

nous avons perdu....

Nous avons encore perdu ce crépuscule Et nul ne nous a vus ce soir les mains unies pendant que la nuit bleue descendait sur le monde. J'ai vu de ma fenêtre la fête du couchant sur les coteaux lointains Parfois, ainsi qu'une médaille s'allumait un morceau de soleil dans mes mains. Et je me souvenais de toi le coeur serré triste de la tristesse
a rose for the dead

a rose for the dead

1. A Rose For The Dead [Play by Raymond, Music by Theatre of Tragedy] oh - my dearest; the sweet music in the ear - albeit, daresay I, the lullaby of an everso dark sleep. my precious, likest thou what emergeth yon the distant? the throbbing and breathing of life's machinery! wanion its oh so damndest soul! with the devil-instrument it we shall rea
vive le jeudi noir....et vive la colère noire....

vive le jeudi noir....et vive la colère noire....

" la poésie est une arme chargé de futur" Gabriel Celaya il est de bon ton de toujours reprocher a chaque greve de prendre en otage les usages etc etc ... qui nous prend en otages? 15% de la population française vit avec moins de 840 euros par mois et plusieurs dizaines de millions d'euros de cadeau fiscaux au plus riches..... pourquoi ne pas re
la fête des vendanges

la fête des vendanges

Comme chaque année la commune libre de montmartre fête les vendanges et cette année la cuvée est placé sous le signe de G.brassens...concerts, animations, et bonne humeur de rigueur sous le ciel d'automne de Paris. pour tout renseignement http://www.fetedesvendangesdemontmartre.com/
nirvana

nirvana

nirvana, la premiere fois que j'ai entendu nirvana, j'ai tout de suite ressenti que ce groupe collait a mes pensées les plus profondes...des le depart on pouvait sentir que kurt cobain ne vivrait pas vieux....il suffisait juste d'ecouter .....je pense qu'aucun groupe n'a a ce point fait ressortir cet sensation de lassitude, désillusion sur le mon
la nuit

la nuit

La nuit E l le est venue la nuit de plus loin que la nuit À pas de vent de loup de fougère et de menthe Voleuse de parfum impure fausse nuit Fille aux cheveux d'écume issue de l'eau dormante. Après l'aube la nuit tisseuse de chansons S'endort d'un songe lourd d'astres et de méduses Et les jambes mêlées aux fuseaux des saisons, Veille sur le