Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Laurent Labbé

Laurent Labbé

Ses blogs

Abnanas

Abnanas

Pensées tristes, parfois excitantes
Laurent Labbé Laurent Labbé
Articles : 24
Depuis : 17/01/2015
Categorie : Politique

Articles à découvrir

Dors

Dors

Avant de t'endormir quand il fera bien nuit; Avant de les lâcher, ces douces paupières de soie; Après que tu l'as lu, après que tu lui as dis; Pense à lui. Il te voit.
Contraignez-moi

Contraignez-moi

Contraignez-moi à ne plus rire Ni-même sourire. Contraignez-moi à ne plus réfléchir. Poids des mots non conformes, Tristesse de nos formes molles. Nos maux, nos saletés. Contraignez-moi. Où sont passées mes idées ? Où sont parties mes envies et mes fougues ? Au cimetière des angoisses A la prison "logistique" Au bagne de la phrase creuse
Nuit noire

Nuit noire

Il y a des nuits noires où ton corps m'est égal. Semblable à un galet lisse, il n'est rien. Et puis la lune, et voilà ses blancheurs pâles qui t'appellent. Alors je le vois dans sa douceur et dans sa sauvagerie. Les arbres et leurs feuilles attachées à toi. Comme des saisons. Et toi qui bascule à peine... sous moi. Tu acceptes car tu es là
Brûlés

Brûlés

Au brasier tourne cette folle émotion et flamboie. En son cœur crépitant, elle dans le sourd bat à plein Et ses torrents de chaleurs défient toutes les lois. Ils soufflent sur les flammes. Agonisent les malins, Les coquins coulent en bas, les perdus gèlent d'effroi. Ils juraient en ces jours : jamais ne les prendraient Ces envies d'assoifées
Le garçon et le petit chien

Le garçon et le petit chien

Et le petit chien se leva pour demander au garçon. - As-tu faim, que nous partagions ma gamelle ? - Je n'ai pas faim, répondit le garçon - As-tu soif, que nous allions ensemble à la rivière ? - Je n'ai pas soif, répondit le garçon - As-tu froid, que je me blottisse ? - Je n'ai pas froid, répondit le garçon - Ta gorge te pique-t-elle, que j
Eve

Eve

Mouvement de l'âme, by Victor Gingembre Je la plie dans mes doigts, dégouline dans ses fentes. Sève. Elle et moi nos calins, de soies blanches et coupantes. Reste. Se détestent ses nuages froids et ma crasse terre brulante. Presque. Dessinée, lacérée, caressée mais absente : Eve.
Amour

Amour

Ce soir j'ai vu la pureté de l'amour Les corps ne sont rien face à lui. Plantée devant moi, à la bougie vacillante, Tu voulais un enfant. De moi.
Elle m'a dit "Disparais !"

Elle m'a dit "Disparais !"

Je l'ai bien entendu ce silence glacé, Ce murmure embué, ce petit "disparais !". Cet atroce "au revoir" qui fouette mon visage, Ce moment un peu fou où je deviens sauvage... Surgissent comme des panthères mes souvenirs de nous, Ces moments sous les toits à te boire de partout A respirer tes cuisses, à les sentir glisser, A jouir entre tes lè
Abîmes

Abîmes

Je suis dans les abîmes et dans leurs impossibles. Prolixe dans leurs failles et sous leurs contre cimes. Parce qu'elles se moquent de moi et entaillent mes rimes. Parce qu'elles font de moi leur dangereux combustible.
Marécage

Marécage

Mes chers mots je vous aime. Et me voici trahi. Depuis trente et un jours vous ne me venez plus. Je me souviens du temps où vous forciez mes nuits, M'obligiez pour vous voir à me lever tout nu. Mes chers mots je vous aime. Où êtes-vous cachés ? Ma triste vie s'enlise sans vos lames aiguisées, Vos adorables lettres et leurs sons sanguinaires.