En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

moietmoi

moietmoi

Poésie , poésie, poésie et plein d'images ...
Tags associés : mes poemes

Ses blogs

Le blog de Gabriel

Le blog de Gabriel

juste de la poésie , rien que de la poésie et quelques images...
moietmoi moietmoi
Articles : 1477
Depuis : 13/01/2010

Articles à découvrir

Nautoniers niais ...

Nautoniers niais ...

Mon auditoire est à zéro, Je les fais chier avec mes vers Où je leur montre tout l’envers De leurs petits cons de héros. * Au fond ils me donnent raison, Mais savoir qu’ils sont responsables N’est pas toujours très agréable Quand on leur dit en oraison. * Ils préfèrent ne pas savoir Et tous jouer à ces trois singes, Conscients de s
Plaisir, poésie de l'amour...

Plaisir, poésie de l'amour...

Ce temps si éphémère à en humer tel l’air, Sans jamais trop savoir de quoi il serait fait, Qu’on respire à grands coups, souvent comme un forfait, Où ne serait jamais le même titulaire. * Ce besoin continu qui nous force à courir, Toujours pour faire vivre un peu nos illusions, Qu’on a envie de voir jaillir en effusion Et dont on crai
Lui , le Général ...

Lui , le Général ...

Si j’avais eu vingt ans en dix-neuf cent quarante, Qu’aurais-je donc choisi entre Pétain et Lui, Entre la résistance ou l’issue écœurante, Mettant notre pays au droit de l’usufruit ? * Si j’avais eu vingt ans au mois de mai dernier, Aurais-je fait ce choix, de tous ces boutefeux Voyant la solution qu’en ces hauts du panier, Prenant
Retour aux topinambours ...

Retour aux topinambours ...

On ne nous a pas dit que demain cette Europe Castrerait nos Nations, gommerait notre Histoire Faisant de nos pays rien que des apocopes, Mettant nos libertés sur d’autres trajectoires. * On nous a bien caché, que dans cette entité, Le peuple n’aurait plus le droit à la parole, Qu’en haut il n’y aurait que des habilités Dont on ne sait
Populisme ...

Populisme ...

Vous qui savez encore lire, Voyez ce qu’on fait de beaux mots, En faisant croire à tous les maux, Afin qu’on les voit comme au pire. * Ainsi élites et journaleux Ont fait de ce mot populisme Un bien calomnieux aphorisme, Le rapprochant de populeux. * Et ceux au QI d’escargot Voient aujourd’hui, là, dans ce nom Du sang, des larmes et du c
Un pied de nez au temps ...

Un pied de nez au temps ...

Te faut-il toujours ce moment Où ta peau réclame son dû ? Alors que tout ici te ment, En disant que c’est défendu. * N’aurais tu plus jamais ce droit, A tous ces grains du sablier, D’avoir encore à cet endroit, Le désir de tout oublier ? * Y aurait-il là un plafond Qui t’interdirait ton plaisir, Au nom d’adages bien profonds Limita
Idée d'RFID...

Idée d'RFID...

Les horreurs de demain, sont là dès aujourd’hui ; Le pire de leur monde, à nos oreilles gronde, Nous présentant déjà ses plaies nauséabondes, Quand tous nous le savons, que ce n’est pas fortuit. * Comme pour les oiseaux, on va nous implanter, Sous la peau de nos mains de petits transpondeurs, Pour savoir où on est maintenant d’heure e
Le rat de ville ...

Le rat de ville ...

Un jour, un rat de ville arriva jusqu’aux Champs, Porté par les égouts qui drainent tout Paris, Pour notre liberté l’emmener au couchant Et qu’elle ne soit plus, qualifiée de chérie. * De tous ses partenaires il refit leur gruyère Remettant à zéro leur taux de l’ISF Des acquis d’ouvriers, obtenus avant-hier Il fit qu’il n’en r
Intégrité d'égalité ...

Intégrité d'égalité ...

Des plaisirs de la vie, il n’en est vraiment qu’un Qui de l’égalité peut en être l’emblème, Tant de wagons de biens, il n’en demande aucun Pour écrire à deux mains, le plus beau des poèmes. * Que tes draps soient de soie ou simplement de bure, Que ton lit ait un ciel ou ne soit que d’étoiles, On est tous à l’amour, ce que dam
A ces femmes matures.

A ces femmes matures.

Il y a bien longtemps que tu as fait la paix Entre le sentiment et l’envie de ton corps, Du sexe et de ses joies, connaissant le décor, Tu as vu le rideau ou chacun s’estompait. * C’est là le privilège, à celles bien matures De savoir des saisons, quand pousse chaque fleur Et d’avoir bien compris la marche du bonheur Dans tous ces jardi