En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Emmanuel RASTOUIL

Emmanuel RASTOUIL

Poète, photographe, graveur. Créateur de la revue à vocation poétique Testament.
Tags associés : photographie, poesie

Ses blogs

Le poème

Le poème

La poésie n’admet pas la médiocrité mais elle excuse la témérité et l’innocence ! Car il faut être fou pour s’espérer poète, bien courageux pour exposer son cœur au monde et rester humble face à l’enchantement que quelques vers peuvent provoquer chez l’autre.  Emmanuel RASTOUIL.
Emmanuel RASTOUIL Emmanuel RASTOUIL
Articles : 19
Depuis : 27/06/2014

Articles à découvrir

SONNETS ADOLESCENTS

LES JOLIES FILLES M’INQUIETENT Sur le sable étendus tout au bout de la baie Serrant mon bras tu dis : « Donnons-nous tendrement A la tentation, car la mort sûrement Viendra bien assez tôt ». Je reste bouche-bée… Je ne me donnerai pas à la dérobée Car je ne suis pas homme à briser un serment. Et ce chagrin d’enfant ajoute à mon tour

CATHEDRALE

Un chemin caillouteux trop raide Mes jambes n’arrivent pas à gravir La crête de la colline où Se cache ta maison. Celle à qui j’ai prêté serment est partie Fidélité Pour prendre ta place Dans le lit à côté de moi. Tu menaces de me tuer Mais rien de tout cela ne compte On regarde le même soleil On rumine les même pensées Dans la m

CE N'EST PAS MOI

Ce n'est pas moi. Les cris, hurlés à ton oreille, Un visage tordu qui renie son amour. Ça n'est pas arrivé. Je suis doux. On brûle tous ses rêves à suivre les mirages Et répandre à ses pieds les cendres de sa vie. Ce n'est pas moi. Les coups, ma mains serrant ton bras Et nos espoirs déçus, et le renoncement. Ça n'est pas arrivé. Je sui

CE SOIR, NOUS VOLONS

Ce soir, nous volons. Au hasard des nuées célestes, Portés par tous les vents Au dessus du vaste monde Et ses cohortes de soudards. Nous volons. Ce soir, nous volons. Toi, ta jupe à froufrous Qui virevolte comme un cerf-volant, Échappe à la pétrifiante gravité. Moi, hors-le-monde, mes ailes de rebelle... Nous volons. Ce soir, nous volons. P

THE QUEEN IS DEAD (revisité)

LA REINE EST MORTE Adieu terre à chagrin, rivage ravagé, Comme un sanglier pris au fond d’une fissure Gromelle avant la mort léchant sa meurtrissure… « Est-ce le monde ou bien c’est moi qui ai changé ? » Savoir que je suis de ton sang m’a affligé. Pourquoi poursuis-tu, cher Charles, l’éclaboussure Des journaux ? La honte vient apr

ELLE A CE LENT REGARD...

Elle a ce lent regard, un rien mélancolique, Qui cherche à se poser, comme tombé des cieux, Puisant un vert limpide à la source des dieux, Il vous fige à l’instant d’un poison magnifique. Son cheveu de jais noir offre un charme ibérique A son teint blanc de lait créant contraste au mieux, Ses gestes élégants ruinent tout rêve pieux Da

JE N'AI RIEN APPORTE AU MONDE

Je n'ai rien apporté au monde Et je n'en emporterai rien... ... Que quelques vers abandonnés Que j'ai fait miens pour le meilleur.   Parce que tout ce qui n'a pas été donné Est perdu à jamais, Je pleure encore les baisers tendres Que je n'ai pas su t'offrir.   Je n'ai rien apporté au monde Et je n'en emporterai rien... ... Que le souvenir

HOMMAGE A PETRARQUE

Traduit de l'italien d'après "Le Chansonnier". - 1 - Vous qui prêtez l’oreille à mes éparses rimes Le son de ces soupirs dont mon cœur est repu Lors de ma jeune erreur, en acte corrompu Quand j’étais un autre homme au milieu d’anonymes. De ce style divers où mes propos intimes Entre les vains espoirs et le chagrin rompu Auprès de qui

ETOILES

. CE SOIR, JE SÈME DES ETOILES… Ce soir, je sème des étoiles Dans le champ du ciel retourné Et mon tourment abandonné S’enfuit comme vent dans les voiles. Par ces ténèbres automnales J’ai vu mon cœur désenchaîné Ce soir, je sème des étoiles Dans le champ du ciel retourné. Bientôt fleuriront les pétales Comme un verger désordo

FIVE LEAVES LEFT (revisité)

LE TEMPS M’A DIT Le temps m’a dit mon cœur est aux objets perdus, Si loin de mon esprit amèrement s’agite Et le temps sait bien qu’il ne faut demander plus, Car si l’esprit se meurt le chagrin prend la suite. Le temps m’a dit mon cœur c’est un malentendu, Une empreinte sans pas, une œuvre sans mérite. Vous répétez combien vos t