Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
tristan jarvis

tristan jarvis

ecrivain pour le plaisir. gay et melancolique. Aime l'art.

Ses blogs

Les vérites sont brutales

Poésie contemporaine originale, critique de films vus . passage de nouvelles.
tristan jarvis tristan jarvis
Articles : 131
Depuis : 19/04/2006
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Les fils.

Des fils dènudès, èlectron libre sans aspèrités. Baignent branchés dans l' eau comateuse des gloires espèrèes. Soulevés par quelques mots hauts placés, l' èlectricitè ambulante ècartè de rètorque, pris á bord de jugement, regarde sans vèhèmence s' allonger le retors d' une certaine dècadence. Mutique discordance, croyant l' ame e

Photos d erreur

[ Photos d' erreurs ]. Future song by tristan jarvis. La vaine impression De ce siécle cameléon Où on est passé de La pudeur. À la photo de vos teubs Sur vos t-shirts. Ne rien plus pouvoir faire Sans dévoiler chaque atome De votre arpége. De la pudeur à la photo de vos teubs. Si t a pas ta sextape : créve. Si t a pas 38 000 snaps : créve.
Olympie désuete

Olympie désuete

Filmé comme un premier film, Audiard comme un jeune réalisateur désireux de faire de sa première œuvre un crève-cœur, narre la vie sans âme, de plusieurs protagonistes s'engluant, s'emberlificotant, dans un noir et blanc peu chiadé. Dés le début, le ton est donné, avec des corps nus chantant. Le ton est donné, les corps chanteront de l
Tempére amant

Tempére amant

Le tempérament passe encore. Mais le temps perds amants N est plus raccord. Ecoute ces minutes défiler. Ce bruit bijoutier si minaude encore Cherche l ébauche et rumine et ribaude. Extatique, perfide sonne la rythmique. Dans mon oreille perfide ça sent l' acide. Ça sonne et s' ébroue. Ça s' effrite, ça fait bruit dans le cou. Ça s alarme e
La proie d'une ombre.

La proie d'une ombre.

Dévasté par la perte de son mari, Beth erre dans leur maison entre une réalité dévastatrice, des hallucinations peu communes, puis s'enfonçant ne le saurons nous ... Dans une profonde torpeur ? Ou des secrets empli de malheur ? Ou la folie .. D'entrée de jeu, je ne comprends pas le titre du film français ' la proie d' une ombre ' À chaque
ElLe DaNSe La FoLiE EllE DansE.

ElLe DaNSe La FoLiE EllE DansE.

Festival avant première " Première". La salle est parsemée, beaucoup de dames évidemment, le beau romain est à l' écran. Le film démarre nous entraîne dans un film fantasque, drôle, enlevée. Comme si l' on avait été entrainées par la nouvelle vague, en attendant Bojangles ou va savoir peut être Godot ? Bref dans un folie haletante des

Roi et rats.

La lumiére tombe sur la ville, M' englobe de son spleen. Les lumieres ne pleuvent plus limpides. Pourtant je me sens en lumiéres. Comme si on faisait ma réclame. Vas -y continue comme ça Fais de moi un roi, tu sera le rat. Lorgnant l exceptionnel du fond de la bassesse vers ce que tu a mis en lumiére. Continue comme ça, fais de moi un roi et
Suprême Ntm Not on TV.

Suprême Ntm Not on TV.

Sous couvert de la biographie ( qui est à souligner supervisé par NTM eux-mêmes ), ce film est avant tout un reflet de la société de l'époque. Débutant par un discours de M. Mitterrand à propos des cités, il dépeint le malaise social ( violents affrontements entre la police et les jeunes de banlieues). Certains se tournèrent vers la viol

Instant argentique.

S evader vers tout horizon. Une certaine envie m'appelle Tout en regardant sur l ecran. Caressant l argentique puis, Du papier glacé. Les images défilent Aussi vide qu un art book delavé. Le soleil accroché dans ses cheveux, Drapé sous une coupole - image arretée sur le noir et blanc fleuri d un instant figeant même le plus âpre des réfrac
La Dune éclatée

La Dune éclatée

J' étais sur la dune du Pilât, rêveur. Je tenais sur mon cœur, des espoirs et des pistes. Le soleil narguant mes délires, je m imageais produire un métrage lent enchainant les scènes mièvres dans des grands hangars sans action, sans couleurs ( sauf le sable jaune sable marron sable ). Mais surtout alors j entends les sirènes effarantes, le