Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Communautés
La Poésie

La poésie est un moyen pour certains de se libérer d'un poids mais malheureusement peu de gens s'y intéresse. C'est grâce à tous ceux qui intéresse à la poésie qui la font vivre Nous avons aussi un page Facebook pour plus de visibilité.

Tags associés : poesie, citation, grand auteur

17 blogs

428 posts

05/11/2018

Rejoindre

Articles récents de cette communauté

L'éphémère: Le temps qui reste (...)

L'éphémère: Le temps qui reste (...)

Les " Rencontres Poétiques du Lison de la Loue et de la Furieuse " sont cette fois bien sur leurs rails et verront le jour au Printemps 2022... Alors, avant d'en concrétiser la feuille de route pendant cette fin d'année 2021 juste une chanson... D'accord ? Combien de temps... Combien de temps encore, Des années, des jours, des heures, combien ?
Gogyōka au neuvième ambre

Gogyōka au neuvième ambre

Novembre en toge grenat, belle Xang, soleil exsangue, danse flambante. Les épées de gel fermentent sous les doigts des princesses Tang au jardin. Trop virales, les fins du monde recrachent leurs big bang, tanks de sanglots Song. Sous soleil de mangue, une nappe de lin grenade les fruits confiés aux mortes-eaux. Les dockers portent le fait : sous
Le désir: "Une île" (...)

Le désir: "Une île" (...)

Une île ( Août 83)... Si je vous parlais d’elle, Je dirai c’est une île, Un endroit irréel, A l’accès difficile, Il faut pour la trouver, Y mettre tout son cœur, Son esprit en entier, Et attendre son heure, Il faut de la patience, Ainsi pour l’aborder, Avoir bonne conscience, Et ne pas la tromper, Il faut laisser derrière, L’orguei
L'éphémère: J'efface (...)

L'éphémère: J'efface (...)

Derrière ce masque je me cache. Je garde au plus profond de moi mon secret, Mon secret. Tous les jours j’efface, J’efface ce que je suis. J’efface les mots trop sensibles Mots qui paraissent doux et sont durs en réalité. J’efface la douleur et j’efface la joie. Ligne couleur ou ligne grise, Je possède deux faces et tu ne le sais pas.
L'éphémère:  Contemplation (...)

L'éphémère: Contemplation (...)

"La contemplation enivrée d'un éclat de rubis dans le soleil d'hiver au bout d'une branche d'églantier blanc de gel et de gouttes d'eau nous a permis d'imaginer PLIC PLOC..." [...] Bernard KUDLAK Toujours en préambule au Printemps des Poètes 2022 et à la deuxième édition des " Rencontres Poétiques du Lison de la Loue et de la Furieuse " su
Le désir: "Le Père"(...)

Le désir: "Le Père"(...)

> J-6: Le père... Il rentrait toujours ivre et battait sa maîtresse. Deux sombres forgerons, le Vice et la Détresse, Avaient rivé la chaîne à ces deux malheureux. Cette femme était chez cet homme – c’est affreux ! – Seulement par l’effroi de coucher dans la rue. L’ivrogne la trouvait toujours aigre et bourrue Le soir, et la frappai
L'éphémère:  Le Temps (...)

L'éphémère: Le Temps (...)

Les Rencontres Poétiques du Lison, ce sera aussi la Fruitière Poétique renouvelée et améliorée en 2022... Alors aujourd'hui, toujours en préambule au Printemps des Poètes 2022, un poème de Nicole Rueflin découvert dans le Groupe Facebook " Sortir et Découvrir la Franche-Comté (SDFC) " Le temps murmure Hier et le futur Le temps nous appa
L'Éphémère Désir: Le chemin de Halage (...)

L'Éphémère Désir: Le chemin de Halage (...)

Comme une passerelle entre première et deuxième édition des Rencontres Poétiques du Lison, ce poème écrit et dit par des Sténanais... Parce qu'il existe des désirs qui ne sont pas éphémères... Le Chemin de Halage... L'eau sombre garde en mémoire La lourde panse des chalands Que les chevaux de jadis halèrent Sur le chemin de terre noire
"MEME SI"

"MEME SI"

Titre extrait du nouvel album de Régis Flécheau"LES CHEMINS DE L'AMOUR" album disponible sur toutes les plateformes de téléchargement et en CD Digipack sur s... Titre extrait du nouvel album de Régis Flécheau "LES CHEMINS DE L'AMOUR", album disponible sur toutes les plateformes de téléchargement et en CD Digipack sur simple commande à l'ad
Injustices

Injustices

de l'inégalité criante parts non partages tâche accrue de tes gueules en échos allongés persiennes d'un sommeil sans retours obligé d'y craindre mon labour mes messages ces fiels non réponses d'un jour l'autre ressemble à deux sans joies et sans complice chacun de ses cotés de l'un malgré ses plans ménage intercalé sans équilibres hosp
À la façon d'Erik Satie, je te veux

À la façon d'Erik Satie, je te veux

À fredonner d’après Erik Satie, "Je te veux" https://www.youtube Satie Je te veux Tu ne vois plus les hommes, Toi, tu les rêves Tu ne vois plus en somme Ceux qui crèvent À tant soulever ou Peiner sur terre, mais debout, Sous ton feu, jusqu’au bout Tu te masques, esperluette, Tu te rêves, Reste là, ta silhouette Trônant bien cachée sous
Merci Régis

Merci Régis

Merci Régis pour cette belle page que tu m'as faite sur ton blog. Originaire du Cher, MARIE-ANGE DUVAL est née le 02 octobre 1959 à Paris d'où elle part, en 1960, après le décès de son père. Elle commence à écrire et à dessiner dès l'adolescence. En 20...
"DE VERLAINE A HUGO"

"DE VERLAINE A HUGO"

Titre extrait du nouvel album de Régis Flécheau "LES CHEMINS DE L'AMOUR" album disponible sur toutes les plateformes de téléchargement et en CD Digipack sur simple commande à l'adresse suivante https://www.regisflecheau.com Paroles : Marie-Ange Duval (Tiamaraa) Musique et arrangements : Régis Flécheau Prise de son mixage : Géraldine Potron
Le désir: L'éveil du village (...)

Le désir: L'éveil du village (...)

Samedi 20 Juin 2021... "L'éveil du village" de Louis Pergaud a enfin trouvé ses deux premières voix dans notre village. Normal me direz-vous, puisque c'est Nans sous Sainte Anne qui est évoqué dans le poème comme son début l'atteste: " Village qu’adula mon enfance lointaine... " Enfin, sans aucun chauvinisme mal placé bien sûr !!! L'éve
L'album de Régis Flécheau

L'album de Régis Flécheau

Bonjour à tous. En plus de mes quatre titres, venez découvrir aussi la chanson de mon amie Danielle Doucet : "Rien ni personne" mise en musique et interprété par Régis Flécheau. Peinture, poésie et musique...Mélange de plusieurs disciplines artistiques. Paroles de Danielle Doucet - Musique et interprétation de Régis Flécheau"Les chemins
Gogyōka à la brumeuse

Gogyōka à la brumeuse

Le ciel perdant ses eaux, j’attendais que naissent d’autres façons du jour. Pour seul signe de vie, dans la flaque d’une empreinte de chaussure : la boue. La Vénus, devant le vieil hôtel particulièrement délaissé, a les yeux mangés de lichen. En robe de fils de fer barbelés, comment l’enlacer sans blesser ni soi ni l’autre ? Serme
"LES CHEMINS DE L'AMOUR"

"LES CHEMINS DE L'AMOUR"

Bonjour mes amis(es). J'ai le plaisir de vous présenter "LES CHEMINS DE L'AMOUR" le dernier album de Régis Flécheau sur lequel j'ai quatre titres. "LES CHEMINS DE L'AMOUR" "DE VERLAINE A HUGO" "MEME SI" "J"AI LE BLUES" J'ai également une page auteure sur son blog https://www.regisflecheau.com/marie-ange-duval-tiamaraa.php Avec la participation
Jean MOGIN (1921 - 1986) - La belle Alliance, 1964

Jean MOGIN (1921 - 1986) - La belle Alliance, 1964

LE LIMON DE L'AMOUR Le limon de l'amour a recouvert nos bornes, Une glaise fertile a comblé nos fossés ; Nous sommes étendus, statues inachevées, Pris dans ce même bloc au bord de ce doux Nil. Nous sommes ensablés et puis remis au jour Part les débords du fleuve et le vent des années. Sur la barque solaire où nous voguons tous deux, Nous p
Jeanine MITAUD (1921 - 2011) - Départs, 1953

Jeanine MITAUD (1921 - 2011) - Départs, 1953

LE POEME Détruire les mots Presser le silence Au carrefour chaque visage et chaque phare Menaceront la ville Mais tu progresses Invincible présence du poème La nuit dans ma pensée tu entraînes la mer L'ombre roule en labours paisibles Se déploient les prairies les eaux Que le ciel se descelle La langue se délie Le poème bat comme un coeur e
Jean LEBRAU (1891 - 1983) - Corbières, 1959

Jean LEBRAU (1891 - 1983) - Corbières, 1959

QUE PEUT CETTE LARME DE PIERRE Que peut cette larme de pierre, Que peut cette fleur de faïence Pas plus froide que la lumière De la mort, un jour, sans vaillance ? Elle en prend toujours à son aise, Elle rit de toutes ses dents. Il n'est humain qui ne lui plaise. On peut se clore, elle est dedans, Laissant dehors l'ange de plâtre Sous l'olivier
Geo LIBBRECHT (1891 - 1976) - Le Banquet des Ombres, éd. Seghers, 1955

Geo LIBBRECHT (1891 - 1976) - Le Banquet des Ombres, éd. Seghers, 1955

LA VOILA CETTE NUIT La voilà cette nuit de terre et de racines où ma chair s'éparpille à la faim des grouillants ; dissous, multiplié, je suis le sang des vignes et je fais un feuillage aux arbres pourrissants. Un cri perdu dans l'air épelle mon langage et l'écho qui s'envole emporte aussi mon nom, je retourne à la pluie, arc-en-ciel ou nua
Jean COCTEAU (1889 - 1963) - Plain-chant (1923)

Jean COCTEAU (1889 - 1963) - Plain-chant (1923)

J'ai peine à soutenir le poids d'or des musées, Cet immense vaisseau. Combien me parle plus que leurs bouches usées L'oeuvre de Picasso. Là, j'ai vu des objets qui flottent dans nos chambres, Trop grands ou trop petits, Enfin, comme l'amour mêle bouches et membres, Profondément bâtis ! Les muses ont tenu ce peintre dans leur ronde, Et dirig
José-Maria de HEREDIA (1842 - 1905) - Les Trophées, 1893

José-Maria de HEREDIA (1842 - 1905) - Les Trophées, 1893

LE RAVISSEMENT D'ANDROMEDE D'un vol silencieux, le grand Cheval ailé Soufflant de ses naseaux élargis l'air qui fume, Les emporte avec un frémissement de plume A travers la nuit bleue et l'éther étoilé. Ils vont. L'Afrique plonge au gouffre flagellé, Puis l'Asie...un désert...le Liban ceint de brume... Et voici qu'apparaît, toute blanche d
Charles BAUDELAIRE (1821 - 1867) - Les Fleurs du Mal

Charles BAUDELAIRE (1821 - 1867) - Les Fleurs du Mal

LXXVIII - SPLEEN Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle Sur l'esprit gémissant en proie aux longs ennuis, Et que l'horizon embrassant tout le cercle Il nous verse un jour noir plus triste que les nuits ; Quand la terre est changée en un cachot humide, Où l'Espérance, comme une chauve-souris, S'en va battant les murs de son aile tim
Alfred DE MUSSET (1810 - 1857) - Poésies complètes, 1840

Alfred DE MUSSET (1810 - 1857) - Poésies complètes, 1840

AU LECTEUR DES DEUX VOLUMES DE VERS DE L'AUTEUR Ce livre est toute ma jeunesse ; Je l'ai fait sans presque y songer. Il y paraît, je le confesse, Et j'aurais pu le corriger. Mais quand l'homme change sans cesse, Au passé pourquoi rien changer ? Va-t'en pauvre oiseau passager ; Que Dieu te mène à ton adresse ! Qui que tu sois, qui me liras, Lis-
Théophile GAUTIER (1811 - 1872) - Emaux et camées, 1852

Théophile GAUTIER (1811 - 1872) - Emaux et camées, 1852

PREFACE Pendant les guerres de l'empire, Goethe, au bruit du canon brutal, Fit le Divan occidental Fraîche oasis où l'art respire. Pour Nisami quittant Shakespeare, Il se parfuma de çantal, Et sur un mètre oriental Nota le chant qu'Hudhud soupire. Comme Goethe sur son divan A Weimar s'isolait des choses Et d'Hafiz effeuillait les roses, Sans pr
Philotée O'NEDDY (1811 - 1875) - Feu et flamme, 1833

Philotée O'NEDDY (1811 - 1875) - Feu et flamme, 1833

NUIT SECONDE III Oh ! si , comme une fée amante de la brise, La MORT sur un nuage avec mollesse assise, Descendant jusqu'à moi du haut de l'horizon, Venait pour piédestal élire ce balcon !... Mon oeil s'arrêterait ardent sur son oeil vide, Je l'emprisonnerais dans une étreinte avide, Et, le sang tout en feu, j'oserais apposer Sur sa bouche de
Gérard de NERVAL (1808 - 1855) - Odelettes, 1852

Gérard de NERVAL (1808 - 1855) - Odelettes, 1852

UNE ALLEE du LUXEMBOURG Elle a passé, la jeune fille Vive et preste comme un oiseau : A la main une fleur qui brille, A la bouche un refrain nouveau. C'est peut-être la seule au monde Dont le coeur au mien répondrait, Qui venant dans ma nuit profonde D'un seul regard l'éclaircirait ! Mais non, - ma jeunesse est finie... Adieu, doux rayon qui m'
Henri FONTAINAS (1865 - 1948) - Parnasse de la Jeune Belgique

Henri FONTAINAS (1865 - 1948) - Parnasse de la Jeune Belgique

LA JOCONDE Parmi l'écroulement des grandeurs séculaires, Des espoirs teints de sang, de magie et d'orgueil, Des langueurs de remords sans motif et de deuil Baignent, Mona Lisa, tes yeux crépusculaires. Et parfois un éclair de sensualité Très doux vient allumer tes pensives prunelles, Et les âpres désirs des voluptés charnelles Glissent dan
René CHAR (1907 - 1988) - Recherche de la base et du sommet, 1955

René CHAR (1907 - 1988) - Recherche de la base et du sommet, 1955

PARIS SANS ISSUE Rue de Sèvres, Une porte cochère avant le magasin Le Tournis, Midi, et l'été Sur l'asphalte suspend tous les élans. Une jeune femme, La ligne d'ombre de sa jupe nue Est complice de son corps charmant, Poursuit un rêve éveillé, Assise à même la pierre du seuil. Je la nomme Liseuse aux douze pavots blancs, Méridienne, Enco
Philippe JACCOTTET (1925 - ) - Poésies, 1945 - 1967

Philippe JACCOTTET (1925 - ) - Poésies, 1945 - 1967

Leçons (1966 - 1967) Autrefois moi l'effrayé, l'ignorant, vivant à peine, me couvrant d'images les yeux, j'ai prétendu guider mourants et morts. Moi, poète abrité, épargné, souffrant à peine, j'osais tracer des routes dans le gouffre. A présent, lampe soufflée, main plus errante, tremblante, je recommence lentement dans l'air.
SAINT-JOHN PERSE (1887-1975) - Amers, 1957

SAINT-JOHN PERSE (1887-1975) - Amers, 1957

AMERS IV (extrait) "Avec nos pierres étincelantes et nos joyaux de nuit, seules et mi-nues dans nos vêtements de fête, nous nous sommes avancées jusqu'aux corniches blanches sur la mer. Là terrestres, tirant La vigne extrême de nos songes jusqu'à ce point sensible de rupture, nous nous sommes accou- dées au marbre sombre de la mer, comme à
Isidore DUCASSE - Comte de Lautréamont dit.. (1846 - 1870) - Les Chants de Maldoror, 1869

Isidore DUCASSE - Comte de Lautréamont dit.. (1846 - 1870) - Les Chants de Maldoror, 1869

CHANT QUATRIEME (extrait) C'est un homme ou une pierre ou un arbre qui va commencer le quatrième chant. Quand le pied glisse sur une grenouille, l'on sent une sensation de dégoût ; mais quand on effleure, à peine, le corps humain, avec la main, la peau des doigts se fend, comme les écailles d'un bloc de mica qu'on brise à coups de marteau ; e
Paul-Jean TOULET (1867 - 1920) - Les Contrerimes

Paul-Jean TOULET (1867 - 1920) - Les Contrerimes

ROMANCES SANS MUSIQUE II Le Tremble est blanc Le temps irrévocable a fui. L'heure s'achève. Mais toi, quand tu reviens, et traverses mon rêve, Tes bras sont plus frais que le jour qui se lève, Tes yeux plus clairs. A travers le passé ma mémoire t'embrasse. Te voici. Tu descends en courant la terrasse Odorante, et tes faibles pas s'embarrassen
Charles VAN LEBERGHE (1861 - 1907) - Poèmes posthumes, 1923

Charles VAN LEBERGHE (1861 - 1907) - Poèmes posthumes, 1923

AU BOIS DORMANT Un peu de jour, un peu d'amour, Un peu de soleil, comme en rêve, Et son front et ces lys autour, C'était chose fragile et brève. Mais c'était si doux à souffrir Parmi ces eaux, ces fleurs, ces palmes, Qu'elle n'en pouvait pas mourir ; Alors elle a clos ses yeux calmes. Elle s'est endormie au fond De mon coeur, sur ses mains tra
Pierre LOUYS (1870 - 1925) - Les chansons de Bilitis (1894)

Pierre LOUYS (1870 - 1925) - Les chansons de Bilitis (1894)

LA PLUIE La pluie fine a mouillé toutes choses, très doucement, et en silence. Il pleut encore un peu. Je vais sortir sous les arbres. Pieds nus pour ne pas tacher mes chaussures. La pluie au printemps est délicieuse. Les branches char- gées de fleurs mouillées ont un parfum qui m'étourdit. On voit briller au soleil la peau délicate des éco
Edouard DUJARDIN (1861 - 1949) - Pièces anciennes, 1913

Edouard DUJARDIN (1861 - 1949) - Pièces anciennes, 1913

HOMMAGE A MALLARME Dans la barque, au ras des eaux, qui s'assoupit, La voile large tendue parmi l'espace et blanche, Tandis que le jour décroît, que le soir penche, Le bon nocher vogue sur le fleuve indéfini. A pleine voile, aussi, le soir, l'idée luit, Au dessus de la vie et du tourbillon et de l'avalanche, Blanche en un encadrement de sombres
Maurice ROLLINAT (1846 - 1903) - Les Névroses, 1883

Maurice ROLLINAT (1846 - 1903) - Les Névroses, 1883

LE FOU Je rêve d'un pays rouge et suant le carnage, Hérissé d'arbres verts en forme d'éteignoir, Des calvaires autour, et dans le voisinage Un étang où pivote un horrible entonnoir. Farouche et raffolant des donjons moyen âge, J'irais m'ensevelir au fond d'un vieux manoir : Comme je humerais le mystère qui nage Entre de vastes murs tendus d
Théodore de BANVILLE (1823 - 1891) - Les Cariatides, 1864

Théodore de BANVILLE (1823 - 1891) - Les Cariatides, 1864

CONSEIL Eh bien ! mêle ta vie à la verte forêt, Escalade la roche aux nobles altitudes. Respire, et libre enfin des vieilles servitudes, Fuis les regrets amers que ton coeur savourait. Dès l'heure éblouissante où le matin paraît Marche au hasard ; gravis les sentiers les plus rudes, Va devant toi, baisé par l'air des solitudes, Comme une bi
Jean MOREAS (1856 - 1910) - Les Stances, 1899

Jean MOREAS (1856 - 1910) - Les Stances, 1899

Que je suis las de toi, Paris, et de l'automne ! Que je languis souvent De voir le champ qui ploie et la mer qui moutonne Au souffle d'un bon vent ! Mais quel philtre jamais, Paris, de quelle sorte, Me vaudra ta rancoeur ? Ô novembre, tu sais que c'est ta feuille morte Qui parfume mon coeur.
Léon VALADE (1841 - 1884) - A mi-côte, 1874

Léon VALADE (1841 - 1884) - A mi-côte, 1874

NUIT DE PARIS Le ciel des nuits d'été fait à Paris dormant Un dais de velours bleu piqué de blanches nues, Et les aspects nouveaux des ruelles connues Flottent dans un magique et pâle enchantement. L'angle, plus effilé, des noires avenues Invite le regard, lointain vague et charmant. Les derniers Philistins, qui marchent pesamment, Ont fait t
Pierre LOUYS (1870 - 1925) - Les chansons de Bilitis (1894)

Pierre LOUYS (1870 - 1925) - Les chansons de Bilitis (1894)

Pervigilium Mortis IV (multo post addit poeta) Laissez-vous assombrir, fleur noire, courbes d'urne, Long corps fluide et sauf des brumes du Léthé. Disparaissez du soir dans l'univers nocturne. La couleur qui s'éteint remonte à la clarté. Libre des dieux, une onde éternelle peut naître Où murmurent les jours qui murmurent : "J'aimais", Si le
René CHAR (1907 - 1988) - Seuls demeurent (1938 - 1944)

René CHAR (1907 - 1988) - Seuls demeurent (1938 - 1944)

CONGE AU VENT A flanc de coteau du village bivouaquent des champs fournis de mimosas. A l'époque de la cueil- lette, il arrive que, loin de leur endroit, on fasse la rencontre extrêmement odorante d'une fille dont les bras se sont occupés durant la journée aux fragiles branches. Pareille à une lampe dont l'auréole de clarté serait de parfum,
Robert DESNOS (1900 - 1945) - Destinée arbitraire, 1944-1963

Robert DESNOS (1900 - 1945) - Destinée arbitraire, 1944-1963

LE MIROIR ET LE MONDE Chaque jour de ses dents aiguës Le temps déchire un peu le tain De ce miroir et restitue A l'espace un nouveau butin La lèpre marque le visage Et masque un regard qui s'éteint Las et las de se reconnaître Chaque soir et chaque matin Le paysage apparaissant Avec son ciel et son lointain Libère un reflet et invite Narcisse
Yves BONNEFOY (1923 - 2016) - Hier régnant désert, 1958

Yves BONNEFOY (1923 - 2016) - Hier régnant désert, 1958

LE CHANT DE SAUVEGARDE (extrait) Que l'oiseau se déchire en sables, disais-tu, Qu'il soit, haut dans son ciel de l'aube, notre rive. Mais lui, le naufragé de la voûte chantante, Pleurant déjà tombait dans l'argile des morts.
Guillaume APOLLINAIRE - Alcools, 1969

Guillaume APOLLINAIRE - Alcools, 1969

AUTOMNE Dans le brouillard s'en vont un paysan cagneux Et son boeuf lentement dans le brouillard d'automne Qui cache les hameaux pauvres et vergogneux Et s'en allant là-bas le paysan chantonne Une chanson d'amour et d'infidélité Qui parle d'une bague et d'un coeur que l'on brise Oh ! l'automne a fait mourir l'été Dans le brouillard s'en vont d
Jean ROUSSELOT (1913 - 2004) - Poésie

Jean ROUSSELOT (1913 - 2004) - Poésie

Les pommes de lune Entre Mars et Jupiter Flottait une banderole Messieurs Mesdames Faites des affaires Grande vente réclame De pommes de terre Un cosmonaute qui passait par là Fut tellement surpris qu'il s'arrêta Et voulut mettre pied à terre Mais pas de terre en ce coin là Et de pommes de terre Pas l'ombre d'une C'est une blague sans doute Di
Yves BONNEFOY (1923 - 2016) - Pierre écrite, 1965

Yves BONNEFOY (1923 - 2016) - Pierre écrite, 1965

LA LUMIERE DU SOIR Le soir, Ces oiseaux qui se parlent, indéfinis, Qui se mordent, lumière. La main qui a bougé sur le flanc désert. Nous sommes immobiles depuis longtemps. Nous parlons bas. Et le temps reste autour de nous comme des flaques de couleur.
René CHAR (1907 - 1988) - Eloge d'une soupçonnée, 1973-1987 - Chants de la Balandrane

René CHAR (1907 - 1988) - Eloge d'une soupçonnée, 1973-1987 - Chants de la Balandrane

VIRTUOSE SECHERESSE Dans le baiser du vin, bois le corps du vinaigre. Tard il se sut : science atteint sa cime Il cessa de rêver. Larmes et rires sont fossiles. Trois fois rien de changer beaucoup d'or en acier Avant de se mouvoir mensonge de fumée, Tandis que s'accotant monte l'enniaisement. Chaos n'enseigne pas au chaos l'homme entier ! Il rest
André BRETON (1896 - 1966) - Clair de Terre, 1923

André BRETON (1896 - 1966) - Clair de Terre, 1923

TOUT PARADIS N'EST PAS PERDU Le coqs de roche passent dans le cristal Ils défendent la rosée à coups de crête Alors la devise charmante de l'éclair Descend sur la bannière des ruines Le sable n'est plus qu'une horloge phosphorescente Qui dit minuit Par les bras d'une femme oubliée Point de refuge tournant dans la campagne Dressée aux approc
Louis ARAGON (1897 - 1982) - Les destinées de la poésie

Louis ARAGON (1897 - 1982) - Les destinées de la poésie

LA NAISSANCE DU PRINTEMPS AVRIL renaît Voici ses rubans et ses flammes Ses mille petits cris ses gentils pépiements Ses bigoudis ses fleurs ses hommes et ses femmes je lui fais de ses couleurs tous mes compliments Dieu que de baisers fous sur l'appui des fenêtres Nous n'avons pas fini de compter les baisers il y a des semaines entières sous les
Antonin ARTAUD (1896 - 1948) - L'Ombilic des limbes, 1925

Antonin ARTAUD (1896 - 1948) - L'Ombilic des limbes, 1925

L'ARBRE Cet arbre et son frémissement, forêt sombre d'appels, de cris, mange le coeur obscur de la nuit. Vinaigre et lait, le ciel, la mer, la masse épaisse du firmament, tout conspire à ce tremblement qui gîte au coeur épais de l'ombre. Un coeur qui crève, un astre dur qui se dédouble et fuse au ciel, le ciel limpide qui se fend à l'appel
Guy GOFFETTE (1947 - ) - Le pêcheur d'eau, 1995

Guy GOFFETTE (1947 - ) - Le pêcheur d'eau, 1995

DIMANCHE DE POISSONS Et puis un jour vient encore, un autre jour, allonger la corde des jours perdus à reculer sans cesse devant la montagne des livres, des lettres ; un jour propre et net, ouvert comme un lit, un quai à l'heure des adieux - et le mouchoir qu'on tire est le même qu'hier, où les larmes ont séché - un lit de pierres, et c'est l
André VELTER (1945 - )  - Du Gange à Zanzibar, 1993

André VELTER (1945 - ) - Du Gange à Zanzibar, 1993

POETE Comme en passant Entre deux lames Au premier sang Sur le qui-vive Là pas de place Maigre vertu Se rit de toi L'exode est sûr Viens dans le noir Vient dans l'azur Ange perdu Avec une aile Qui bat l'éclair - Et je respire
Edouard GLISSANT (1928 - 2011) - La terre inquiète, 1954

Edouard GLISSANT (1928 - 2011) - La terre inquiète, 1954

(extrait) Vers la terre infinie, est-ce attente brisée de la racine un soir de grêle ? Ô ! d'être plus loin de vous que par exemple l'air n'est loin de la racine, je n'ai plus feuille ni sève, Mais je remonte les champs et les orages qui sont routes du pays de la connaissance, Pures dans l'air de moi, et m'enhardissent d'oubli si vient la grê
Jean-Pierre COLOMBANI (1941 - ) - La sorte d'ombre, 1980

Jean-Pierre COLOMBANI (1941 - ) - La sorte d'ombre, 1980

(extrait) Je reste là tout seul avec le bruit des vagues Je vois de l'ombre dans les traces que j'ai laissées Le ciel me suit et met de l'ombre sur la sable Je suis moins seul que les limites de mon corps me l'ont fait croire Les empreintes de mes pieds nus sont pleines d'ombre Il me semble que c'est étrange
Abdelatif LAÂBI (1942 - ) - Fragments d'une génèse oubliée, 1998

Abdelatif LAÂBI (1942 - ) - Fragments d'une génèse oubliée, 1998

(extrait) Un coin frais derrière une porte sur un banc tout lieu est le lieu où viennent s'offrir à toi les prémonitions d'une vie que l'on a pas besoin de vivre pour en être rempli Qui aurait l'idée de t'enseigner de te convaincre toi qui a cessé de vouloir convaincre et ne parles que pour les reptiles facétieux de ta tête Qui pourrait t'
Richard ROGNET (1942 - ) - Recours à l'abandon, 1992

Richard ROGNET (1942 - ) - Recours à l'abandon, 1992

(extrait) Deux personnages, toi, moi, l'un étant l'autre, l'autre, l'un, le dieu impatient, le terrible, celui du feu dans la voix, de l'espace toujours brisé, le dieu de l'un, celui de l'autre, l'incertitude, la rupture, la danse dans la fièvre, le décor froid, le mur, ceux qui avancent, mon vertige, ceux qui tournent, ton visage, deux personn