Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
vertuchou

Ses blogs

Vertuchou.over-blog.com

Coups de cœur
vertuchou vertuchou
Articles : 4648
Depuis : 27/02/2010
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Oui, j’avais envie de ces vieillards 

Oui, j’avais envie de ces vieillards ! J’avais envie de les contempler dans leur nudité intime et humaine, dans leur pudeur, leur impudeur, leur fierté ou leur gêne, de les voir se déshabiller et, tombant le masque du vêtement, dévoiler sans complaisance la dense vérité de leur chair. J’avais envie de savourer leur abandon, leur tasse
Composition 35

Composition 35

Sonia Delaunay, Composition 35, extrait de Compositions, Couleurs, Idées, 1930.

Les roses

À Manon De ta bouche, rose vermeille, Lorsque ta langue sort, pareille Au dard enivré d’une abeille, Le cœur ouvre l’aile, et s’éveille. Mais le sang court à flots troublants, Quand l’essaim des baisers brûlants Sur tes seins, coteaux ronds et blancs, Mouille et mord tes boutons tremblants. Une ardente et mystique rose Que le feu de j

Un amour au-delà de l’amour

Un amour au-delà de l’amour, plus haut que le rite du lien, au-delà du jeu sinistre de la solitude et de la compagnie. Un amour qui n’ait pas à revenir, mais non plus à s’en aller. Un amour non soumis aux frénésies d’aller et venir, d’être éveillés ou endormis, d’appeler ou de se taire. Un amour pour être ensemble ou pour ne l

Chanson du temps opportun

Le Temps, de ses pipeaux, tire de clairs accords, Bondissez au soleil, les âmes et les corps, Par les chemins poudreux et la verdure épaisse Épuisez les plaisirs, c’est la seule sagesse : Prenez-vous, quittez-vous, cherchez-vous tour à tour, Il n’est rien de réel que le rêve et l’amour. Sur la terre indigente où tant d’ombre s’épl

Le temps est venu

Le temps est venu où tous les poètes ont le droit et le devoir de soutenir qu’ils sont profondément enfoncés dans la vie des autres hommes, dans la vie commune. Paul Éluard, L’Evidence poétique, 1916.

Aimer Paris

Artiste, désormais tu veux peindre la Vie Moderne, frémissante, avide, inassouvie, Belle de douleur calme et de sévérité; Car ton esprit sincère a soif de vérité. Vois, comme une forêt d’arbres, la ville immense Murmure sous l’orage et le vent en démence; Ses entassements noirs de toits et de maisons Ont le charme effrayant des larges

Je pars à la découverte

Je pars à la découverte du corps de Gabriel, la pulpe des doigts, le pli derrière le genou, enserrer la malléole, avec fermeté, la garder pour soi, toucher la lisière entre le cou et la chevelure, la raie des fesses, la commissure des lèvres, l'intérieur des joues, la narine, l'aisselle, l'aréole du sein gauche, puis du sein droit, chaque

Ce point sur la carte

Ce point sur la carte Cette tache noire au centre de l'Europe cette tache rouge cette tache de jeu cette tache de suie cette tache de sang cette tache de cendres pour des millions un lieu sans nom. De tous les pays d'Europe de tous les points de l'horizon les trains convergeaient vers l'in-nommé chargés de millions d'êtres qui étaient versés l