Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
gagamera

gagamera

Tags associés : action, arts martiaux

Ses blogs

Le blog de gagamera

Critique de films de la Shaw Brothers, de la Hammer, de péplums...
gagamera gagamera
Articles : 29
Depuis : 15/10/2007
Categorie : Films, TV & Vidéos

Articles à découvrir

Comment j'ai découvert la Shaw Brothers...

Comment j'ai découvert la Shaw Brothers...

Et bien grâce à Starfix (ah, souvenirs, souvenirs....), ce défunt mais cependant excellent magazine né avec les années 80, tourné vers le cinéma de genre, donc forcément vers le cinéma asiatique. Pour moi tout a donc commencé avec un certain n°6 daté de juillet 1983, avec à l'intérieur un article que certains reconnaitront peut être.
Critique : THE BATTLE WIZARD

Critique : THE BATTLE WIZARD

THE BATTLE WIZARD Année : 1977 Réalisateur : Pao Hsueh-li Avec : Danny Lee, Tanny Tien Ni, Lin Chen-chi Durée : 72 mn Mesdames et messieurs, bienvenue dans le grand n'importe nawak de la Shaw Brothers Flying Circus. Danny Lee est un jeune lettré transformé en super kung-fu fighter après avoir combattu un serpent géant et bu son sang, puis ma

A la recherche du membre perdu - chapitre 1

Il y a des jours ou l'on se lève et ou on se rappelle qu'il y longtemps on avait crée un blog sur internet, qu'on s'était promis de l'alimenter régulièrement pour la plus grande joie de l'humanité, que l'on ferait partie de la grande communauté du web (youpi!!!) et que l'on aurait pleins d'amis virtuels qui nous féliciteraient pour ce que l
Critique : ASIA-POL

Critique : ASIA-POL

ASIA-POL Année : 1967 Réalisateur : Ma Chi-ho Avec : Jimmy Wang Yu, Ryoriko Asaoka, Fang Ying, Wang Hsia Durée : 92 mn Jimmy Wang Yu encore jeunot et dans un de ses tout premiers rôles joue à James Bond en interprétant un super agent qui cherche à coincer des traffiquants d'or. Coproduction entre la shaw Brothers et le studio japonais Nikkat
Critique : TEMPTRESS OF A THOUSAND FACES

Critique : TEMPTRESS OF A THOUSAND FACES

TEMPTRESS OF A THOUSAND FACES (La Diablesse aux Mille Visages) Année : 1969 Réalisateur : Chung Chang-wha Avec : Pat Ting Hung, Tina Chin Fei, Chen Liang Durée : 76 mn Une ambiance pop dès le générique, une cambrioleuse insaisissable qui change de visage à volonté et qui dirige une puissante organisation criminelle, une jeune femme adepte d
Critique : THE DEADLY KNIVES

Critique : THE DEADLY KNIVES

THE DEADLY KNIVES Année : 1972 Réalisateur : Chang Yi-hu Avec : Ling Yun, Ching Li, Lily Li, Ching Miao Durée : 83 mn Surfant sur le filon anti-japonais très présent au cinéma à cette époque que ce soit chez Wang Yu ou Bruce Lee (le Dieu de la Guerre ou encore la Fureur de Vaincre en sont des bons exemples), le scénario (fort peu original
Critique : Empress Wu

Critique : Empress Wu

EMPRESS WU Année : 1963 Réalisateur : Li Han-hsiang Avec : Li Li-hua, Chao Lei, Ting Ning, Lo Wei, Chiao Chuang, Lo Chi Durée : 112 mn Bien qu'étant habitué à regarder essentiellement les films de la Shaw Brothers produits après 1965, soit la date de l'avènement du renouveau du film de sabre initié par des réalisateurs tels que King hu et
Critique : VENGEANCE OF A SNOW GIRL

Critique : VENGEANCE OF A SNOW GIRL

VENGEANCE OF A SNOW GIRL Année : 1970 Réalisateur : Lo Wei Avec : Li Ching, Yueh Hua, Paul Chang Chung, Tien Feng Durée : 118 mn Une jeune épéiste (la charmante Li Ching) cherche à venger la mort de ses parents en tuant un à un les assassins de sa famille. Bien qu'handicapée (elle a perdu l'usage de ses jambes), elle se déplace grâce à d
THE GREEN HORNET

THE GREEN HORNET

Le Frelon Vert, franchement il ne me reste pas beaucoup de souvenirs de la série TV, si ce n’est bien entendu la présence de Bruce Lee dans le rôle de Kato, et encore n’ayant plus revu un seul épisode de cette série depuis sa diffusion à la télé française dans les années 80, il se peut que tout cela ne soit plus dans ma tête qu’un
Critique : BLOODY PARROT

Critique : BLOODY PARROT

BLOODY PARROT Année : 1981 Réalisateur : Hua Shan Avec : Pai Piao, Liu Yung, Jenny Liang Durée : 92 mn Les qualités de ce Bloody Parrot ne viennent assurément pas de son scénario sensiblement mal foutu et pas toujours compréhensible, mais plutôt de la mise en image de ce délire fantastico-érotico-kungfuesque (ouf....) qui n'hésite pas à