Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Vini

Vini

Tags associés : chroniques

Ses blogs

Hainons-nous les uns les autres

Chronique hebdomadaire sur le bon usage de la haine en société
Vini Vini
Articles : 37
Depuis : 21/11/2005
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Et pourtant

Tu te plains, tu gémis, tu râles, tu détestes. Mais mon pauvre ami, qu’as-tu à vouloir tant reprocher aux autres ? Tu as eu ta vie, tu l’as décidée. Tu la voulais belle, tu l’as faite toute branlante. Pauvre petit con, tu en es le grand architecte. Une bouteille d’un litre d’eau minérale naturelle à la main, tu te saoules diétét

Le grand zapping

La porte s’ouvre sur ton chez toi. Petit appartement, apparemment. Ce soir, tard, la solitude de ta vie transpire sur le blanc reposant des murs étouffants. Peu à peu, une lumière suédoise tamisée caresse le mobilier, suédois, de ton indépendance. Sur l’égouttoir de la cuisine, le bol du petit-déjeuner attend, seul, le premier métro.

La quille

Très doucement, le soleil se lève sur la ville. Mes hauteurs m’offrent le ballet d’une mer d’immeubles qui, depuis peu réveillée, se colore, avec grâce, d’oranges aoûtiens. Tu m’as fatigué. Tout est de ma faute, il n’y a pas de fatalité, les meilleures choses n’ont jamais de fin. Si tu veux. Du moment que tout cela finisse pou

Cubique

A Pfffff... : merci... Il faut savoir être juste avec soi-même. Et c’est là une expérience bien difficile. D’autant plus difficile que le temps passe et que les erreurs s’accumulent. Etre juste avec soi, reconnaître les mauvais pas et les bons également. S’aimer encore malgré tout ce temps passé avec nous-même. Impossible rupture d

Viennoiseries

Le ton est donné. Je m’applique. Et malgré ces efforts, tout ceci reste sans conviction. Tu attends quelque chose de moi. Quelque chose que je n’ai plus, faute de l’avoir trop souvent donné. Donné à d’autres, en d’autres temps. Remontant l’artère commerçante de cette petite ville de province, je déballe quelques banalités empor

Les bonbons

En ce temps-là, jeune adulte, premiers pas dans ce que l’on imaginait être une longue vie, l’insouciance était un état de fait, la camaraderie un mode de vie. Les soirées étaient toujours aussi simples qu’improvisées. C’est d’ailleurs au cours de l’une d’entre-elles, au détour d’une table de jeu de rôle enfumée, que s’é

Généalogie

Lorsqu’elle allait chercher son pain, ma grand-mère recomptait toujours la monnaie que lui rendait la caissière. Il faut dire que le vieux rapace était très près de ses économies. Plus d’elles d’ailleurs que de ses enfants ou petits-enfants, qui n’avaient d’autres loisirs que d’envahir son espace vital au cours d’hebdomadaires p

Homo Sapiens

En ce petit matin, l’odeur de poudre à nouveau me réveille. Je ne dors plus. Dehors tout est étrangement calme. Comme chaque matin, ou presque. Les hostilités, comme les hommes, ont besoin de repos. Dans un café ou deux, les premières balles tomberont. Dans quelques heures, une mère, un ami sera devant moi à pleurer son enfant, son frère

Bougies

Trente-sixième anniversaire aujourd’hui. La journée ne va pas m’amuser. Quelques messages, quelques coups de fils. Je vais répondre avec le sourire et remercier. Merci d’avoir pensé à moi. Merci pour tout. Merci pour votre obligeance. Non, je ne fais rien ce soir. Je veux rester seul. Chierie de vie. La journée commence magnifiquement.

Paradis

La sagesse ne vient qu’avec le temps, qu’avec les années. Et c’est pour cette raison que les guerres, au combat, ne tuent que les plus jeunes. Car en réalité, l’homme, forgé par les difficultés, est bien plus robuste et résistant à quarante, qu’à vingt ans. Dans cette civière ensanglantée du sang de dizaines d’autres, presque