Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Lucie Delarosbil

Lucie Delarosbil

Un peu la poésie. Beaucoup l'écriture. Passionnément la lecture. Pas du tout à bout de souffle pour la recherche. Je blogue aussi sur Fouilles Trouvailles, la généalogie de Paspébiac, ma ville natale.

Ses blogs

Éloges et parcelles d'écriture

Chaque parcelle d'écriture qui émane de ma main, de mon esprit, de mon âme reste une parcelle de moi. L'ensemble de toutes ces parcelles forme un tout avec ma vie. Je suis un tout ''intégré et indivisible''. Telle est une pensée d'Anaïs Nin qui rejoint la mienne, qui m'a inspirée à écrire ce bout de texte si court mais si plein à la fois.
Lucie Delarosbil Lucie Delarosbil
Articles : 73
Depuis : 15/09/2009
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Descente incongrue

Êtes-vous déjà allé directement en direction de la mort en direct ? Non ? Il suffit de vous retrouver sur une pente de ski pour les experts, une demi-heure avant la fermeture, au coucher du soleil d'hiver, seul dans l'humidité glaçante. Sous vos skis, la vue de glaces enneigées figera votre sang et vous enlèvera l'audace qui vous rend habit

Chanson du chagrin

La « chanson du chagrin », je l'entendais résonner dans ma tête quand je te regardais boire sans arrêt, sans limite, sans fond. « Sombre est la vie », me disais-je, pour toi qui se détruisais, qui se laissais détruire dans son corps, dans son esprit, dans son âme. Au plus profond de son être. Que signifie profond quand il n'y a plus de f

Réponse inattendue

« Pour entendre ta voix. » De loin. Seulement. Elle entre dans les fils de l'appareil. Répond à un besoin sans faille. Se répand dans l'univers. Un seul besoin d'attente d'inspiration de vie. Ma voix qui chemine sur la vie d'un destin, au hasard des choses et des gens. Destin de ton appel. Hasard de mon attente. Entendre ma voix pourquoi. Ente

Je suis

Je suis la belle au bois dormant qui voudrait souvent dormir, dormir des jours et des jours, dormir sans fin jusqu'à la fin des temps. Je suis blanche-neige qui voudrait avaler la pomme empoisonnée et ne jamais connaître les sept fameux nains qui la sauveront. Je suis la princesse au petit pois qui voudrait ne plus rien sentir de tous les poids

La petite fille dans le ventre de sa maman

Il était une fois une petite fille qui grandissait dans le ventre de sa maman. Elle grandissait normalement, si on peut dire, car elle était très forte et courageuse. Si elle n'avait pas été aussi forte et courageuse, elle n'aurait probablement pas survécu à tout ce qu'elle entendait venant de l'extérieur du ventre de sa maman. Ni à tout c

Déversement de solitude

C'était en août. Tu étais parti. Je souhaitais que tu nous regardes. De loin. De là de haut. Si loin de nous et si près à la fois. Je t'imaginais nous voir ensemble, inséparables. Je te voyais en lui. Je me voyais aussi, en lui. Nous deux : toi parti, moi encore ici et là avec lui. Nous étions ensemble, encore inséparables. Ton fils et mo

Prudence ou témérité

Sachez que la personne téméraire possède des qualités qui lui font surpasser la personne qui use trop de prudence. Tout d'abord, la personne téméraire a une si haute opinion d'elle-même qu'elle est prête à risquer tous les dangers. Son attitude audacieuse lui permet d'agir pour obtenir ce qu'elle désire. N'y a-t-il pas déjà quelqu'un qu

Ce que je cherche

Quel fouillis ! De joies emballées avec peine il y a tant d'années. De souvenirs ressortis de leur pleine noirceur enfermée. De découvertes parmi des ondes éclatantes. Quel fouillis ! Des rumeurs de mots d'amour. De silence endormi dans les fins fonds de la folie furieuse d'une loi. Quel Fouillis ! De doutes en cours vers un désordre jamais c

Elle

Elle savait imiter Jean-Michel Lanctil à la perfection, ne manquait aucun mot de son sketch, aucune intonation de sa voix, aucune mimique de son visage. Elle savait jouer la Comaneci, monter sur la barre, se lancer dans les airs, atterrir sur ses pieds sans trembler, sans tomber, et faire le salut à son public. Elle savait grimper sur une balanç

4 mai 2005

Je termine mon journal aujourd'hui. Je dois le remettre demain. Ça fait trois mois que mon frère est mort. Le quatre février deux-mille-cinq restera une date triste et mémorable. J'ai écrit un mini recueil de poésies sur la sauvage déréliction qu'il a pu vivre avant de s'enlever la vie, sur cette souffrance longue et intolérable qu'il a d