Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Sagahan

Ses blogs

Les hurlements verts

Poésies, dessins, ...
Sagahan Sagahan
Articles : 631
Depuis : 28/04/2006
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Un uppercut

Un poème en plein cœur comme un vrai uppercut ! Tristesse qui n’est jamais parti, espoir qui résonne dans ton air. Un poète dans ton cœur qui tous les jours lutte contre le néant. Le souvenir d’un amoureux soupirant qui t’éternise pour que tu vives à nouveau heureux ! Un poème pour vivre pour au moins essayer. Un poème en plein cœu

Papillon

L’aile parfumée de soleil écrit sur mon souffle : l’appétit de vie. Fin résonne à mon oreille. Fane : la vie du papillon. L’ailé teinté de soleil s’abîme dans mes souffles. Il fuit la nuit. Il ne veut pas quitter son ciel. Sa peine résonne à mon âme. Son espoir se vêtit de frisons, ….

Tu griffonnes

Tu griffonnes sur sa peau des mots que tu ne penses pas des mots que tu ne ressens pas Tu ne chantes que l’amour faux

Un baiser

Un baiser trop voulu Une déception exagérée L’adolescence revient frapper à la porte ? L’adolescence arrive pour me rebooster ? Mon cœur recousu Voulait tellement s’éclater ! L’adolescence va reprendre la porte ! Ce n’est pas un fade désir qui va me rebooster !

Un poème pour vous dire

Un poème pour vous dire Un poème pour vous confier. Un poème pour vous épeler. Pour dire que j’aime que c’est beau d’aimer. C’est une absolue vérité ! Pour te dire aime. Pour dire : j’aime. Pour se rappeler : qu’on m’aime, qu’on t’aime. Un poème pour vous aimer. Vous vous reconnaîtrez. J’éspère et je le souhaite. Un po

M'aimer

Croire en toi, n’est pas croire en moi. T’aimer, n’est pas m’aimer. Je sais qu tu m’aimes ! Tu sais que je t’aime ! Ta façon de m’aimer, deviens ma façon de me détester. Etre avec toi, ne rythme plus avec joie T’aimer, n’est pas m’aimer Je sais que je t’aime. Je doute que tu m’aimes. Je vais te détester : étape pour à

Et les fées

Et les fées ne nous disent rien. Elles continuent de tracer leurs chemins, sur nos peines à venir. Ne t’inquiète pas. On a plein de bonheurs. Pour apaiser nos milliers de tristesses. Et les fées ne nous aiment pas. Elles n’ont peut-être pas tort ! Quel horrible animal que l’humain ! Oui, on est des animaux !! Ne me parle pas de ton Dieu

Et les lumières, ...

Et les lumières se sont éteintes. C’est la fin de notre histoire Trop de reproches, trop d’envies non partagés. Et surtout des besoins malmenés, et les lumières se sont éteintes. Il n’y a plus d’allumettes dans les tiroirs. Les cierges fondus ont trop d’années Le manque, bien trop tôt, viendra me lacérer.

Le mauve

Le mauve dans le jardin parfume, endolore. Mais ne fait pas oublier La tête tourne depuis que j’en ai fait prisonnier dans la maison. C’est beau et lumineux mais la nuit : ça empoisonne jusqu’à la tristesse. Les pensées chagrines ne peuvent s’envoler ; même quand le bonheur envahit jusqu’à la raison. Ma ronde : conséquence de mon i

Tout est faux, ...

J'ai dessiné mes larmes, bien entendu ! Je ne t'aime plus, Bien entendu ! Cette tristesse est fausse, de ma convenance : bien entendu ! J'ai inventé mon drame bien entendu ! Tu m'aimes plus que plus, bien entendu ! C'est pas toi qui me quittes ? avec cette aisance ? Bien entendu ! Mon amour est faux ? Et le tien ? Ton amour est faux ! Pas le mien