Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Guerre d'algerie

Algérie

Tout sur l'Algérie ou presque كل شيئ على الجزائر او تقريبا
Articles : 10982
Depuis : 21/11/2005
Categorie : Films, TV & Vidéos

Le blog de Philippe Poisson

Blog de liaison avec "Culture et Justice". Destiné à publier principalement les portraits du jour des écrivains, historiens, artistes, etc - Culture et justice rassemble des informations relatives à l’actualité culturelle sur les questions de justice. Histoires, romans, portraits du jour, salon de livres... Page indépendante sans but lucratif administrée par Philippe Poisson et Camille Lazare, membres de l'association Criminocorpus
Articles : 8616
Depuis : 12/12/2008
Categorie : Emploi, Enseignement & Etudes

Guerres-et-conflits

Guerres et conflits XIXe-XXIe s. se fixe pour objectif d’être à la fois (sans prétendre à une exhaustivité matériellement impossible) un carrefour, un miroir, un espace de discussions. Sans être jamais esclave de la « dictature des commémorations », nous nous efforcerons de traiter le plus largement possible de toutes les campagnes, de tous les théâtres, souvent dans une perspective comparatiste. C’est donc à une approche globale de l’histoire militaire que nous vous invitons.
Articles : 4809
Depuis : 29/11/2011
Categorie : Littérature, BD & Poésie

maquettemilitaire

je pratique le modélisme militaire à l'échelle 1/35 exclusivement et je me suis contraint au matériel utilisé par l'armée française.
Articles : 187
Depuis : 02/03/2007
Categorie : Maison, Déco & Bricolage

Ahmed Akkache : un militant d'exception (10 novembre 1926 - 8 octobre 2010 )احمد عكاش: مناضل استثنائي

Ecce Akkache, « Ils ne savent pas que les livres, à la fin des fins, resteront la dernière propriété de l’homme, propriété rarissime… Les révolutions commenceront plus que jamais dans les bibliothèques. » Kateb Yacine Il est déconcertant comme parfois, certains livres, qu’on croyait ensevelis sous la poussière de l’oubli, peuvent refaire surface et telle une étincelle, venir rallumer le feu à toute la plaine. Transcendant l’espace temps, ébranlant des générations futures. S’inscrivant alors dans l’intemporalité. D’ailleurs à travers les livres, tout comme dans la vie, il nous arrive de faire des rencontres extraordinaires ! Celle d’Ahmed Akkache est de cet acabit. J’ignorais encore tout de cet homme, quand j’ouvris le livre qui allait bouleverser la donne. Par lumières d’août, j’entamais le bouquin « Des Chemins et des Hommes » de l’historien Mohamed Rebah. D’emblée, la préface de Si Akkache me saisie…! Non seulement par la qualité du contenu historique condensé dans ces quelques lignes, mais aussi, par le style accrocheur, à la fois,simple, fort et percutant de sa plume ! Simple et non simpliste, j’insiste ! Celui d’un homme soucieux de partager ses idées, ses combats et ses luttes avec les masses. De cette préface, j’en sors convaincue d’une chose, que Si Akkache est un des témoins du siècle ! Je vais donc à sa recherche… ! Sur ce sentier menant à lui, je croise des hommes qui l’ont connu, côtoyé, des hommes qui l’ont aimé et admiré, et d’autres qui, coincés dans les marécages du passé, le confinèrent à la seule figure de combattant communiste pour la libération nationale. Certes, Akkache est un Moudjahid, même si le titre ne lui ait pas accordé officiellement. Mais il a poursuivi la lutte de bien des manières durant les 84 ans que la vie lui a offerte. - « L’œuvre militante la plus importante de Akkache, est celle contenue entre 1955-1957 ? m’a-t-on sans cesse répété. » Il s’agissait de son combat pour la libération nationale au sein du PCA, avec qui il finira par rompre, rejetant un leadership européen au sein du parti, qu’il percevait comme une entrave aux concepts même de : libération, liberté, révolution, pour lesquels il s’est vu condamné à mort en 1960. Un homme qui a toujours accordé ses faits à sa parole. Sa parole à ses idées. Son évasion des geôles françaises, est relatée dans son roman « L’évasion », préfacé par l’ami de leurs 20 ans, Kateb Yacine. Homme de fer, le surnommèrent ses bourreaux Français, pour caractériser sa volonté inébranlable face à la Question, à en finir avec la longue nuit coloniale. Il aura été un militant révolutionnaire. Le procès retentissant intenté aux communistes en 1960 peut en témoigner : « Laissez-moi vous expliquer cette contradiction apparente. Nous ne reconnaissons pas la nationalité française qu'on nous a imposée contre notre volonté. Nous sommes des Algériens et nous en sommes fiers. Nous combattons de toutes nos forces pour la liberté de l'Algérie et nous ne reconnaissons qu'un seul gouvernement, le G.P.R.A. Si nous devions être jugés, ce ne pourrait être que par le peuple algérien lui-même. Demain, nous nous expliquerons devant lui. Mais nous sommes réalistes, nous sommes vos prisonniers... » « Nous n'avons pas peur de reconnaître notre action. Vous nous appelez rebelles. Eh bien ! Oui, nous sommes rebelles au colonialisme. Oui, nous participons à la guerre de Libération nationale du peuple algérien. Nous aurions voulu pouvoir le dire en public. Mais, par contre, nous ne donnerons aucune explication sur les membres du Parti Communiste Algérien qui poursuivent en ce moment le juste combat clandestin sur le sol de l'Algérie. » Dès l’indépendance, il s’est attelé à un travail acharné pour écrire l’Histoire par « nous-mêmes », déconstruisant celle imposée par les colonisateurs d’hier, truffée de mythes et de mensonges. Il rédige « Tacfarina »s, « Les guerres paysanne de la Numidie », « La révolte des saints »… pour en finir avec le mythe de la Terra Nullius qui confine l’Histoire Algérienne à la seule parenthèse [1830-1962]. Il biffe cette parenthèse pour nous ramener plus en arrière sur le temps historique. Aux luttes de nos aïeux, ces moudjahidine de l’antiquité (pour reprendre une expression d’un ami), contre le colonisateur, cette fois-ci Romain ; nous dévoilant que la Numidie était le précurseur de ce qui allait devenir la Nation Algérienne. Aussi, il démontre que le colonialisme n’est pas une sordide anecdote de coup d’éventail, mais bien un système d’asservissement de l’homme par l’homme. Etait-ce suffisant ? L’Histoire écrite est féconde en mythes qui se réactivent constamment ! Avec « La résistance Algérienne de 1845 à 1945 », soit dix-sept années après celle menée par l’Emir Abdelkader, il insiste sur le fait que, le peuple Algérien a combattu avec acharnement le colon Français depuis la première heure de l’invasion, de manière constante: « A peine l’incendie semblait-il éteint quelque part qu’il se rallumait ailleurs, encore plus violent. A peine un combattant était-il tombé qu’un autre se levait à sa place. Pour finir en 1962 sous les you-you victorieux et les chants de l’indépendance. ». écrit-il en introduction à La résistance Algérienne. Mais encore ? Un autre champ de bataille lui tient à cœur. Celui des travailleurs et son souci permanent de leurs conditions de travail, auquel il consacrera le reste de sa vie. Il entreprend l’écriture de nombreux ouvrages sur les problèmes économiques rencontrés par l’Algérie, comme il milite au sein du Ministère du Travail pour l’amendement des droits des travailleurs. « Un jour, que je me promenais dans les librairies d’Alger-centre à la recherche de ses livres…Un homme m’entend demander au libraire s’il avait un livre de Ahmed Akkache. Il s’approcha de moi, et me demanda si j’ai bien dit Ahmed Akkache. Je réponds que oui. Ces yeux s’illuminèrent de mille feux, un bonheur habilla son visage ridé. Il se présenta à moi : Il s’agissait d’un ancien docker, et il ne tarissait pas d’éloge sur feu Akkache, m’assurant qu’il était un homme d’une gentillesse inégalable, d’une éloquence limpide : Un tribun. Il m’assura qu’il avait assisté à de nombreux meetings que Akkache venait faire chez les dockers, et qu’il n’y avait pas une conférence qui ne finissait sous les applaudissements de tous. Il ré-insista sur la bonté de Akkache en me disant qu’il ne renvoyait jamais aucune personne venant le solliciter. » Un Homme de fer ou bien un Homme en Or ?! En l’an XXXXXV, de l’Algérie libre, nous subissons toujours, dans une forme développée, la reconquête par la culture des ex-colonisateurs qui veulent et réussissent parfois à s’emparer des cerveaux des ex-colonisés, en remodelant l’Histoire à leur faveur. Dans ce contexte, les livres de Ahmed Akkache sont des armes aiguisées pour parer à cette enième tentative de conquête. « Ahmed Akkache a été de ceux qui luttent toute leur vie et qui sont irremplaçables, comme le déclamait si bien Bertolt Brecht. » Repose en Paix Si Ahmed 8_10_2017 Polygone étoilé
Articles : 35
Depuis : 04/10/2016
Categorie : Célébrités

soldats français et étrangers

photos et vidéos de soldats sur le terrain. ce blog n'a pas pour but de glorifier la guerre.
Articles : 1731
Depuis : 03/09/2008
Categorie : Économie, Finance & Droit

A la mémoire du lieutenant Philippe JACQUOT mort au combat à Oran, le 14 février 1962

A la mémoire du lieutenant Philippe JACQUOT mort pour la France à Oran, le 14 février 1962
Articles : 24
Depuis : 03/01/2012
Categorie : Famille & Enfants

guerre-algerie-memoires-de-femmes.overblog.com

Documentaire, 90', témoignages des femmes qui ont vécu la guerre d'Algérie : combattentes FLN, ALN ou OAS, EMSI, musulmanes, juives ou pieds noirs de toutes confessions,
Articles : 19
Depuis : 03/12/2012
Categorie : Films, TV & Vidéos

iferhounene

economie,affaires, histoire,relations, litterature, poesie, histoire artistes,contacts,photos, kabylie,algerie,hommes politiques,femmes,amour,guerre,gestion,célébrités,education,psychologie,
Articles : 59
Depuis : 31/07/2008
Categorie : Mode, Art & Design