En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services, d'outils d'analyse et l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Licenciement économique : tout savoir sur les indemnités

En cas de licenciement économique, le salarié a droit à l'indemnité légale de licenciement (ou à l'indemnité prévue par les conventions collectives), à l'indemnité compensatrice de préavis (s'il est dispensé d'effectuer le préavis) et à une indemnité compensatrice de congé payé.

L'indemnité légale de licenciement

Qui peut en bénéficier
Il y a licenciement économique si un emploi est supprimé, transformé ou si le salarié refuse la modification d'un élément déterminant de son contrat de travail. Après que la procédure de licenciement se soit déroulée, le salarié a droit à une indemnité légale de licenciement à condition qu'il ne s'agisse pas d'un licenciement pour faute grave ou lourde : - Lettre de convocation à un entretien préalable.
- Entretien.
- Plan de licenciement.
- Proposition de reclassement.
- Lettre de licenciement.
- Préavis effectué. Tout salarié ayant au moins deux ans d'ancienneté dans l'entreprise peut en bénéficier. Son montant
Elle représente un minimum légal qui peut être remplacé par l'indemnité prévue par la convention collective, le contrat de travail ou les usages en vigueur dans la profession. En outre, le contrat de travail peut prévoir des primes de licenciement. Le montant est calculé en fonction du salaire brut perçu par le salarié : il s'agit d'un cinquième de mois de salaire par année d'ancienneté auquel on ajoute deux cinquièmes de mois de salaire au-delà de 10 ans d'ancienneté. La loi sur le licenciement indique que si la convention collective prévoit une indemnisation plus avantageuse, cette dernière remplace l'indemnité légale.
L'indemnité légale n'est pas assimilée à un salaire, elle n'est donc pas prise en compte dans le revenu imposable.

Indemndité compensatrice de préavis, indemnité compensatrice de congé payé

Indemnité compensatrice de préavis Quel que soit le type de licenciement, un délai de préavis est obligatoire (sauf licenciement pour faute grave ou lourde). Mais le salarié peut être dispensé par son employeur d'effectuer ce préavis. Le préavis couvrant une période d'un à plusieurs mois, une telle dispense peut représenter un réel manque à gagner pour le salarié. Il a alors droit à une indemnité compensatrice calculée sur la base de ce qu'il aurait perçu s'il avait effectué le préavis. Cette indemnité est l'équivalent d'un salaire, elle fait donc partie du revenu imposable. L'indemnité compensatrice de congé payé
Cette indemnité permet de compenser la part de congés payés dont le salarié en licenciement éco n'a pu bénéficier. Elle est calculée de la même façon que les congés payés normaux, soit 2 jours et demi par mois de travail. Cette indemnité compensatrice de congé payé est considérée par l'administration fiscale comme faisant partie du revenu, elle est donc imposable.

Articles de la même catégorie Licenciement

Tout savoir sur la clause de la non-concurrence

Tout savoir sur la clause de la non-concurrence

Lorsqu'un employeur embauche un salarié, l'objectif est que celui-ci s'intègre le plus possible au sein de l'établissement. De cette façon, le salarié se voit confier des responsabilités, il a accès à certaines informations et ne peut pas divulguer à tout bout de champ. De ce fait, il peut être intéressant pour un employeur d'insérer une clause de non-concurrence.
Indemnité légale de licenciement : les règles

Indemnité légale de licenciement : les règles

La recherche d'un emploi s'avère de plus en plus difficile, une fois ce dernier est acquis, ce n'est pas pour autant qu'on est assuré de le garder. En effet, surtout durant les crises économiques, des plans de licenciements sont mis en places dans de nombreuses entreprises. C'est pourquoi des indemnités légales de licenciement existent. Nous verrons leur fonctionnement et un exemple.
Comment rompre un contrat de professionnalisation ?

Comment rompre un contrat de professionnalisation ?

Rompre un contrat de professionnalisation n’est pas facile que l’on soit salarié ou employeur. Il existe néanmoins des solutions, de préférence amiables, à l’initiative du salarié ou de l’employeur pour mettre fin à ce type de contrat. Comment mettre fin à un contrat de professionnalisation ?
Quelles sont les conditions pour avoir le chômage suite à une rupture de contrat ?

Quelles sont les conditions pour avoir le chômage suite à une rupture de contrat ?

Après la rupture d'un contrat de travail et avant de retrouver un autre emploi, il est possible d'obtenir des allocations chômages. Ce sont des prestations financières du Pôle emploi, pour avoir un peu d'argent pour retrouver un emploi. Mais, certaines conditions doivent être remplies pour bénéficier d'une telle aide financière. Nous étudierons donc les conditions propres au précédent emploi et à la personne qui demande cette aide.