Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Analyse et critique du film : Une histoire vraie

Inspiré, comme son nom l’indique, d’une histoire vraie, The Straight Story raconte le voyage improbable d’un vieil homme à travers l’Amérique au volant d’un petit tracteur, pour aller rejoindre son frère malade. Dirigé dans un style étonnamment sobre par David Lynch, ce film indépendant gagne de nombreuses récompenses à sa sortie, en 1999, et connaît un accueil critique unanime et enthousiaste.

Postulat de départ

Vieillissant, Alvin Straight (Richard Farnsworth) s’obstine à vivre seul, au grand dam de sa fille Rose (Sissy Spacek), et de son médecin. Encore pire : en apprenant l’état de santé défaillant de son frère Lyle (Harry Dean Stanton) qui vit à l’autre bout du pays, Alvin décide, sur un coup de tête, de le rejoindre, et entame pour cela une traversée épique des États-Unis, au volant d’un ancien tracteur en piteux état.

Rencontres en tous genres

Durant ses six semaines de voyage, Alvin croise la route de nombreux voyageurs : - Une auto-stoppeuse enceinte, à qui il se confie brièvement sur ses relations avec sa fille.
- Des cyclistes qui l’acclament et s’entretiennent avec lui des années qui passent.
- Une automobiliste qui vient de heurter un cerf.
- Des villageois hospitaliers qui l’aident à réparer son tracteur.
- Un vétéran âgé qui partage avec le voyageur un souvenir de guerre.
- Un prêtre avec qui il échange quelques mots sur la nécessité du pardon. Et enfin, après une ultime panne de moteur, il retrouve son frère, avec qui il doit se réconcilier pour de bon, avant qu’il ne soit trop tard.

Accueil critique

Récit d’autant plus poignant qu’il n’est pas si éloigné de la réalité, "Une histoire vraie" surprend à sa sortie de par son sujet et son style atypique pour David Lynch. Ce dernier, en effet, habitué aux histoires troubles, ainsi qu’à une réalisation très stylisée, revient en effet ici à une technique épurée et simple, laissant parler l’émotion et le jeu de Richard Farnsworth, alors atteint d’un cancer au stade terminal. S’appuyant sur un script de Mary Sweeney, compagne de Lynch, et une musique d’Angelo Badalamenti, collaborateur habituel du réalisateur, "Une Histoire Vraie" de David Lynch séduit les critiques à sa sortie, en 1999 : le film rafle ainsi douze récompenses et près d’une trentaine de nominations, tant aux Oscars qu’au Festival de Cannes.

Articles de la même catégorie Cinéma

Stanley Kramer : biographie

Stanley Kramer : biographie

Resté dans le panthéon d’Hollywood pour ses prises de risques et ses films engagés, Stanley Kramer est un pilier de l’âge d’or de l’industrie cinématographique. Tour à tour producteur puis réalisateur, il a côtoyé les plus grands, fait évoluer les mentalités, et influencé des générations de spectateurs, grâce à des films comme Le jugement de Nuremberg, Devine qui vient dîner ? ou La chaîne.
Présentation du film "Jean de Florette" : personnages, résumé, succès

Présentation du film "Jean de Florette" : personnages, résumé, succès

"Jean de Florette", un roman écrit par Marcel Pagnol en 1963 est adapté pour le grand écran par le producteur et réalisateur français Claude Berri, en 1986. Porté par les interprétations magistrales de Gérard Depardieu, Yves Montand et surtout Daniel Auteuil, pour la première fois dans un grand rôle dramatique, le film connaît un grand succès populaire à travers le monde. En voici les détails.
"Je vais bien, ne t'en fais pas" : tout savoir sur le film

"Je vais bien, ne t'en fais pas" : tout savoir sur le film

"Je vais bien, ne t'en fais pas" est un drame mettant en scène Mélanie Laurent et Kad Merad et qui est sorti en salle en France en 2006. La particularité de ce film est le twist-ending final, mais aussi la bande originale de Aaron, et sa fameuse chanson "Lilly".
Jack Palance : biographie

Jack Palance : biographie

Jack Palance est un acteur américain d'origine ukrainienne né en Pennsylvanie le 18 février 1919 et mort en 2006. Son visage est indissociable de tous les grands westerns américains et des gueules de méchants de l'Ouest, et il est inoubliable pour les plus jeunes générations dans "Bagdad Café" ou "Batman" (1989) de Tim Burton . La filmographie de Jack Palance compte plus de 80 films.