• Cinéma & TV
  • Musique
  • Loisirs & Culture
  • Déco & Cuisine
  • Mode & Beauté
  • People
  • High Tech
  • Business
  • Sport
302 blogs
LA VITRINE DU LIBRAIRE

La vitrine du libraire

Une vitrine "ludique" pour celles et ceux qui écrivent: publiés ou non et pour ceux qui aiment lire et découvrir ..
(Gérée par lizagrèce)

Tags : culture, humour, livres

Rejoindre cette communauté

Récemment dans la vitrine du libraire

Flux RSS

L'Aquitania, pays volé par l'histoire...

L'Aquitania, pays volé par l'histoire...

Première époque : Gaillard, Le seigneur de Saint-Cirq En 1259 le Capétien Louis IX, dit Saint-Louis, et le Plantagenêt Henri III, signe à Paris un traité qui abandonne à l’Angleterre un grand nombre…

Le centre du monde.

Les insupportables écrivains seraient égocentriques, enfin plus égocentriques que les autres… Bah. C'est juste qu'ils s'entraînent, eux, aux moments où même Ivan Illitch lâche la main de son moujik…

Les cahiers de mon père...

Les cahiers de mon père...

Baptiste Montazini raconte les cahiers de mon père - 4 Ma vie dans la montagne Arradoy coule sereinement, à l’image d’une petite rivière qui profite de tous les instants. Les moments que…

Clopine contre elle-même...

Relativisons. Mes soucis ne sont pas "fondamentaux", en ce sens que j'ai de quoi vivre, un toit sur ma tête, de l'argent sur mon compte bancaire, et que ma santé physique est aussi bonne qu'elle peut…

Comme tous les ans...

Comme tous les ans...

Comme tous les ans désormais (mais je ne m'en lasse pas), promenade de printemps organisée par Trésors de Jardin. Nous sommes partis de beauvoir-en-Lyons pour descendre presque jusqu'à Fry, à la…

Poèmes du Temps de Isidore Hiro

Poèmes du Temps de Isidore Hiro

Les vacances approchent, je vous propose donc un petit voyage en Polynésie, à Moorea plus précisément, en lisant quelques poèmes d’Isidore Hiro, l’aède local. Poème du temps Isidore Hiro (1947 - ….)…

Que ne peut-on régler autour d’une table ?

Que ne peut-on régler autour d’une table ?

1815. A la table de Talleyrand Le Petit Journal du Passé «Les racines de l’esprit sont dans l’estomac», disait Rivarol et Talleyrand estime lui-même, à juste titre, que la première qualité d’un…

Pjp (private joke proustienne)

PJP (private joke proustienne)

Attention ! Ceci est une création collective, il a fallu au moins quatre personnes pour aboutir à ceci : (sans compter, évidemment, le sculpteur Myron, son modèle, les marabriers de Carrare, etc.,…

Amer Homère...

Amer Homère...

Certes, chez Homère comme en pleine ville, l'aurore a des doigts de rose ; m'enfin, il faut bien reconnaître que, de nos jours, ses ongles sont plutôt sales ! (trouvé chez Dezsö Kosztolany, auteur…

L'Alliance des mots - Présentation

L'Alliance des mots - Présentation

Je dois dire que j'ai un peu hésité avant de me lancer dans cette aventure à compte d'éditeur, bien entendu, mais avec un éditeur international que je ne connaissais pas et qui officie en Allemagne.…

Victime consentante ?

Onfray explique son rejet de l'existentialisme sartrien en soulignant que ce dernier responsabilise la victime, qui serait l'acteur de son propre sort, en l'acceptant, alors que pour Onfray, il…

Blogs de filles ?

Je lis, quelque part sur la blogosphère, que "les blogs littéraires seraient majoritairement tenus par des filles", et qu'ils auraient comme particularité leur éclectisme, contrairement aux blogs…

Sanglot

Pluie de gouttes Notes rire perlé J'en ris j'arrive A la fenêtre de ma vie Rives de jours Les joues en pleurs je joue à Vivre En vitrine man- nequin ma main Voudrait la tienne Mon rire a faim

L'amant imaginaire de Taos Amrouche

L'amant imaginaire de Taos Amrouche

Ce roman est présenté comme un journal intime autobiographique débuté le 13 octobre 1952 et achevé le 19 août 1953. Mais comment reconnaître dans ce texte la fière « Jacinthe noire », étudiante…

L'ombre du Tournesol

Les tournesols n’aiment pas la nuit : quand elle survient, leur monde s’éteint, et pendant que tout dort, eux parcourent à l’envers le chemin qu’ils ont suivi le jour. Chemin immobile, mais pourtant…